Français et Américains divergent
Publisher: Horizons, Algerie
Story date: 11/12/2012
Language: Français

Français et Américains ont une approche divergente sur la façon de régler le conflit dans le nord du Mali, une région qui constitue, à en croire les Nations unies, « l'une des contrées potentiellement les plus explosives au monde ». D'après l'Onu, près de 350.000 Maliens ont dû fuir leurs foyers, dont 40% environ se sont réfugiés dans les pays voisins, exacerbant une crise humanitaire dans le pourtour sahélo-saharien, un arc de cercle d'une dizaine de pays déshérités et dévastés par la sécheresse, allant de l'Atlantique à la mer Rouge. « L'insécurité devient préoccupante, avec des informations généralisées sur de graves violations des droits de l'Homme comme les violences sexuelles, le recrutement d'enfants, la lapidation et la mutilation de suspects », a déclaré le Haut-Commissaire des Nations unies aux réfugiés, Antonio Guterres. « Le nord du Mali (...) est l'une des contrées potentiellement les plus explosives de la planète », a-t-il lancé devant le Conseil de sécurité.

En novembre, le SG de l'Onu, Ban Ki-moon, avait prudemment recommandé aux Quinze du Conseil de sécurité de donner leur aval à une intervention militaire de l'Union africaine visant à reconquérir le nord du Mali, à condition qu'un certain nombre de critères soient remplis portant sur la situation politique, les droits de l'Homme et la formation de l'armée malienne. La France a fait circuler un projet de résolution visant à donner le feu vert à une semblable mission, mais les Etats-Unis ont opposé une contre-proposition établissant une opération en deux volets, l'un politique et l'autre militaire. Washington souhaite que le Conseil de sécurité adopte d'abord une résolution sur l'entraînement de l'armée malienne et que soit enclenché un processus politique avant de délivrer un mandat pour une intervention militaire. Des diplomates ont précisé que les Américains doutent de la capacité de la Cédéao à fournir la formation appropriée aux troupes maliennes dans une zone de combat désertique. Sous couvert de l'anonymat, un diplomate de haut rang siégeant au Conseil de sécurité, a déclaré que les Etats-Unis « faisaient preuve de beaucoup de scepticisme sur l'approche voulue par les Français » et doutaient énormément qu'une mission militaire puisse être un succès. L'ancienne puissance coloniale souhaite que le Conseil de sécurité vote, en décembre, une résolution. A Bruxelles, les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne ont approuvé, lundi, l'envoi de 250 instructeurs pour aider l'armée malienne à lutter contre les insurgés islamistes qui contrôlent le nord du pays. Les instructeurs formeront quatre bataillons de l'armée malienne, soit 2.600 hommes, notamment dans le domaine de l'artillerie, mais ils ne participeront pas aux combats, avait indiqué un responsable de l'UE en novembre dernier.
 

Refugees Daily
Refugees Global Press Review
Compiled by Media Relations and Public Information Service, UNHCR
For UNHCR Internal Distribution