Le HCR appelle l’UE à maintenir le mécanisme de relocalisation

Le HCR préconise la poursuite du programme de relocalisation destiné à transférer 160 000 demandeurs d’asile de Grèce et d’Italie dans d’autres pays européens

GENÈVE, Suisse – Le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, a prié les États membres de l’UE de procéder rapidement à la relocalisation de tous les demandeurs d’asile dont les dossiers sont recevables dans le cadre du mécanisme de relocalisation de l’UE et de maintenir le dispositif en place au-delà des deux années prévues initialement.

«Si le mécanisme de relocalisation n’a que partiellement atteint ce qui était prévu initialement, il s’est avéré vital comme le démontre la relocalisation de 29 144 demandeurs d’asile jusqu’à présent. Il a contribué à alléger la crise humanitaire en Grèce, à soulager un peu l’Italie de la pression qu’elle subit, et il a amélioré la vie de nombreuses personnes en quête de protection. Nous espérons que cet important geste de solidarité pourra être maintenu au-delà de l’échéance du 26 septembre», a déclaré Pascale Moreau, la directrice du bureau du HCR pour l’Europe.

«En attendant l’adoption de la réforme de Dublin et la mise en place d’un modèle plus permanent, le besoin d’un tel mécanisme de partage des responsabilités reste entier», a-t-elle indiqué. «Le HCR se félicite des efforts déjà entrepris tant par la Commission européenne que par les États. La solidarité doit toutefois être maintenue et étendue. Les États devraient maintenir leurs engagements tant qu’il y aura des candidates recevables», a encore ajouté Pascale Moreau.

Dans les conditions actuelles, seuls les candidats à l’asile dont la nationalité obtient un taux moyen de reconnaissance de 75 pour cent ou plus sur l’échelle européenne sont recevables pour une relocalisation. Le HCR a déjà demandé que ce critère soit revu et que le seuil soit abaissé. Dans le cadre d’un maintien du dispositif, ceci permettrait probablement d’inclure un plus grand nombre de candidats ayant besoin de protection internationale.

La rapidité de la relocalisation, et notamment la rapidité de l’enregistrement et du transfert des candidats, est surtout essentielle pour les enfants non accompagnés et séparés, qui vivent encore parfois dans des conditions de vie et d’insécurité déplorables en Grèce et Italie.

En septembre 2015, les États membres de l’UE sont convenus de relocaliser un total de 160 000 demandeurs d’asile de Grèce et d’Italie dans d’autres pays européens pour alléger la pression dans les pays de première ligne.

Le HCR renouvelle son appel à la mise en place d’un système d’asile robuste qui garantisse un accès au territoire et soit doté de procédures d’asile efficaces, et qui soit capable de répartir la responsabilité des demandeurs d’asile équitablement entre les pays membres de l’UE, y compris dans des situations d’exception.