Le HCR déconseille le retour dans l'est de la RDC à des réfugiés au Burundi

Le HCR conseille à quelque 2 300 réfugiés congolais vivant dans un camp situé au centre du Burundi de reporter leur projet de retour cette semaine dans l'est de la RDC, à cause du conflit survenant dans cette région.

Des réfugiés congolais de la République démocratique du Congo (RDC) au camp de Gihinga, Burundi.  © HCR/A.Kirchhof

BUJUMBURA, Burundi, 5 octobre (HCR) - Le HCR a conseillé à quelque 2 300 réfugiés congolais vivant dans un camp situé au centre du Burundi de reporter leur retour prévu cette semaine dans la province du Sud-Kivu à l'est de la République démocratique du Congo (RDC), à cause du conflit survenant dans cette région.

« En raison des opérations militaires en cours dans leur région d'origine [menées par les forces armées congolaises contre les forces rebelles], le HCR a conseillé aux réfugiés de ne pas y retourner pour le moment », a indiqué le porte-parole du HCR. « Nous avons souligné à ceux qui planifient de se rendre dans leur pays d'origine que, du fait des conditions de sécurité actuelles, ni les autorités gouvernementales de RDC, ni le HCR ne seraient en mesure d'assurer leur sécurité ou de leur apporter une assistance quelconque. »

Les réfugiés congolais dans le camp de Gihinga, dans la province de Mwaro, sont originaires pour la plupart de la région d'Uvira dans le Sud-Kivu, une région frontalière avec le Burundi. Le HCR, en coopération avec le Gouvernement burundais, avait prévu de les transférer vers un nouveau camp à Bwagiriza, dans l'est du Burundi, dans le cadre d'un programme de consolidation de camp. Toutefois 264 réfugiés seulement ont accepté ce transfert, alors que près de 2 300 réfugiés ont fait part de leur souhait de retour en RDC ce week-end.

Le HCR est préoccupé par la sécurité des réfugiés qui pourrait être menacée s'ils retournent dans le Sud-Kivu alors que la situation sécuritaire est dégradée dans plusieurs parties de cette province. Les réfugiés congolais ont fait part de leurs craintes pour leur sécurité à Bwagiriza à cause de la proximité de cette localité avec, selon eux, une communauté congolaise rivale en Tanzanie voisine.

Malgré les assurances du HCR selon lesquelles le camp se trouve à une distance, leur garantissant la sécurité, de 60 kilomètres de la frontière, les réfugiés ont indiqué préférer retourner au Sud-Kivu. Ils ont informé les autorités burundaises locales de leur projet de retour en RDC cette semaine.

« Le HCR est favorable au retour car c'est la solution préférée de tout réfugié. Néanmoins, les conditions pour un rapatriement volontaire organisé vers l'est de la RDC ne sont pas réunies pour le moment. Nous avons déjà été obligés de suspendre l'opération de rapatriement dans l'est de la RDC au début de cette année à cause des opérations militaires », a expliqué le porte-parole du HCR.

Au Burundi, le HCR assure la protection et l'assistance de quelque 30 000 réfugiés, pour la plupart des Congolais vivant dans trois camps et en milieu urbain.

Par Bernard Ntwari à Bujumbura, Burundi