Les déplacés libériens rentrent chez eux par avion en provenance du Nigéria

Dans le premier convoi depuis le camp de Perry Town, des déplacés libériens sont heureux de rentrer chez eux dans la région de Grand Cape Mount.  © HCR/F.Fontanini

MONROVIA, Libéria, 8 novembre 2004 (UNHCR) - Malgré des troubles récents à Monrovia, les Libériens déracinés par 14 ans de guerre civile maintiennent le rapatriement du premier convoi prévu ce jour et le premier retour par avion des réfugiés depuis le Nigéria.

Lundi, 500 déplacés libériens ont quitté le camp de Perry Town dans la région de Montserrado pour le centre de transit de Sinje, dans la région du Grand Cape Mount. Ils ont chacun reçu un paquet contenant des éléments de première nécessité et deux mois de réserve de nourriture, avant de rentrer dans leur région d'origine dans le Grand Cape Mounty.

« Nous avons travaillé depuis plus d'un an pour vous garantir un retour en toute sécurité ». Gyude Bryant, président du gouvernement libérien national de transition, a rassuré ses compatriotes, lors du lancement du programme de rapatriement des déplacés dans le camp de Town Perry. Six régions viennent d'être déclarées sécurisées pour le retour des déplacés.

« Nous sommes heureux de rentrer chez nous aujourd'hui, après toutes ces années de vie dans des camps, déracinés dans notre propre pays », dit Baima Sarnih, 38 ans, chef d'une famille de huit personnes.

« Quelque soit la situation de retour à la maison, il est temps de rentrer pour reconstruire nos vies », a ajouté Demar Diaolu, déplacé âgé de 28 ans présent dans le convoi inaugural.

Presque la moitié des déplacés de retour chez eux ce jour étaient auparavant réfugiés, puis sont rentrés des pays voisins vers le Libéria par leurs propres moyens, à la suite des accords de paix d'Accra en août 2003. Mais à leur retour, à cause de l'insécurité dans leur région d'origine, ils ont été accueillis dans les centres de déplacés dans la région de Monrovia jusqu'à ce que la sécurité soit à nouveau assurée pour leur retour.

D'ici à avril 2005, l'UNHCR et ses partenaires souhaitent aider à rentrer chez eux les 261 886 déplacés, vivant dans 20 camps situés près de la capitale. L'UNHCR a été directement impliqué dans l'aide et l'assistance aux déplacés libériens depuis 2000, quant les combats ont commencé dans la partie ouest du pays, poussant des milliers de libériens à chercher protection dans les camps de réfugiés sierra-léonais.

Un premier avion de 112 réfugiés a donc quitté le Nigéria pour le Libéria. Quelque 1 000 des 6 000 réfugiés libériens présents au Nigéria souhaitent déjà être rapatriés, au cours de l'un des vols prévus prochainement.

Les convois venant de Guinée par la route sont prévus pour commencer mercredi, après un retard dû à des troubles à Monrovia la semaine dernière.

Depuis le début du programme de retour géré par l'UNHCR vers le Libéria le 1er octobre 2003, plus de 800 réfugiés libériens sont rentrés de Sierra Leone et du Ghana. D'autre part, plus de 70 000 sont rentrés par leurs propres moyens depuis août 2003.

« En dépit de l'agitation récente dans la région de Monrovia, les réfugiés désirent toujours rentrer chez eux et l'UNHCR va continuer à travailler pour le rapatriement et la réintégration d'environ 340 000 réfugiés libériens dispersés dans la région », a indiqué le délégué de l'UNHCR au Libéria, Moses Okello.

En plus d'une aide au retour, l'UNHCR et ses partenaires travaillent à réhabiliter des écoles et des centres de santé dans ce pays dévasté par la guerre. Les agences fournissent aussi aux communautés de fermiers des outils pour l'agriculture et des matériaux pour reconstruire leur maison.

Par Francesca Fontanini, UNHCR Libéria