Des motards suédois font le tour du monde pour promouvoir la cause des réfugiés

Un étudiant et un courtier ont quitté Stockholm pour effectuer un tour du monde en moto, au cours duquel ils prévoient de mieux faire connaître l'agence des Nations Unies pour les réfugiés et l'UNICEF.

Parcourir la planète en traversant 80 pays : le projet des motards suédois Gustav Röken (à gauche) et Marcus Berneström.  © HCR/E.Larsson

STOCKHOLM, Suède, 30 août (UNHCR) - L'étudiant Marcus Berneström et le courtier Gustav Röken ont quitté Stockholm pour effectuer un tour du monde en moto, au cours duquel ils prévoient de mieux faire connaître l'agence des Nations Unies pour les réfugiés et l'UNICEF.

Mercredi soir, des amis, des proches et des supporters enthousiastes des deux Suédois, qui se sont eux-mêmes surnommés les « Voyageurs poussiéreux », s'étaient réunis dans le centre de Stockholm pour donner le coup d'envoi de l'aventure.

Sur des motos d'essai fournies gratuitement par la compagnie autrichienne KTM, ils traverseront rapidement la Norvège voisine avant de rejoindre le nord de la Scandinavie en direction de l'Europe de l'Est, pour se rendre ensuite au Moyen-Orient et en Asie jusqu'au Japon, où ils prendront l'avion jusqu'à l'Alaska.

Ils descendront en moto la côte ouest du continent américain jusqu'à la ville d'Ushuaïa, à l'extrême sud, puis gagneront Rio de Janeiro, au Brésil. Le dernier tronçon de leur périple les mènera à travers l'Afrique depuis le Cap et à travers l'Europe jusqu'à la Suède.

Ils prévoient de visiter quelque 80 pays et espèrent ainsi mieux comprendre les importants défis sociaux et environnementaux de la planète, afin de pouvoir ensuite transmettre leur savoir à ceux qui ne peuvent pas voyager.

Ils vont visiter des projets de l'UNHCR et de l'UNICEF (Fonds des Nations Unies pour l'enfance) durant leur voyage. « Aidez-nous s'il vous plaît à soutenir leur travail », peut-on lire sur le site Internet de Marcus Berneström, 29 ans, et Gustav Röken, 25 ans.

« Notre choix s'est porté sur ces deux organisations en raison de leur travail en faveur de deux groupes de personnes très vulnérables », a indiqué Gustav Röken. « Nous les remercions de s'intéresser à la situation des réfugiés dans le monde entier et en particulier pour leur projet de sensibilisation au sort des réfugiés », a ajouté Hans Ten Feld, délégué régional de l'UNHCR.

Le courtier Gustav Röken a indiqué qu'un point essentiel du voyage consisterait à rencontrer des personnes, à filmer ces entretiens et à écrire des articles pour la presse.

Les deux hommes ont longuement mûri ce projet de voyage. Marcus Berneström étudie la gestion et l'ingénierie civile, mais sa famille a une longue expérience dans le domaine de l'aide aux personnes défavorisées, par exemple aux Philippines et au Kenya. Ils ont décidé combiner aventure et mission humanitaire.

Ils sont tous les deux conscients des dangers encourus et espèrent éviter les zones de conflit. « Notre plus grande préoccupation est la circulation. Elle varie tant d'un pays à l'autre », a indiqué Marcus Berneström. « Nous essayons de minimiser les risques en nous préparant le mieux possible. »