Rapatriement par la route, de la Zambie vers la RDC

L'UNHCR débute une opération de retours par la route vers Moba, dans le sud-est de la République démocratique du Congo, depuis la Zambie.

Des rapatriés congolais arrivent à Moba depuis la Zambie.  © HCR/G.Kilemba

MOBA, République démocratique du Congo, 14 mai (UNHCR) - L'opération de rapatriement vers Moba, organisée par l'agence des Nations Unies pour les réfugiés, a été étendue cette semaine avec le début des retours par la route depuis la Zambie.

Le convoi, transportant 357 rapatriés congolais depuis les camps de Kala et de Mwange dans le nord de la Zambie, est arrivé à Moba sur le lac Tanganyika mardi soir, après deux jours de voyage par la route. C'est le premier convoi par voie terrestre organisé par l'UNHCR vers Moba, depuis le lancement du programme de rapatriement, en mai 2007.

Dans le cadre de cette opération, des personnes étaient déjà rentrées par bateau sur le lac, mais ce programme avait été suspendu en août dernier quand des travailleurs humanitaires des Nations Unies avaient été évacués depuis cette ville située dans la province du Katanga, après une attaque violente menée contre les bureaux des Nations Unies.

L'agence pour les réfugiés avait brièvement repris les retours par bateau sur le lac en décembre dernier, lors d'une amélioration de la situation sécuritaire et avant le début de la saison des pluies. Les premiers retours par bateau en 2008 ont commencé la semaine dernière et l'UNHCR a déjà ramené quelque 1 200 réfugiés depuis le port de Mpulungu en Zambie.

« La restauration du climat de paix et de sécurité permettra à davantage de réfugiés congolais de rentrer chez eux et aidera à la reconstruction de leur pays », a indiqué Eusebe Hounsokou, le délégué régional de l'UNHCR basé à Kinshasa.

L'UNHCR prévoit d'organiser environ 35 retours par bateau et sept convois routiers, d'ici la fin de l'année, pour rapatrier quelque 20 000 réfugiés qui veulent rentrer chez eux dans la région de Moba, depuis des camps situés dans le nord de la Zambie.

Plus de 64 000 Congolais avaient fui vers la Zambie durant la guerre civile de 1998 à 2003. Quelque 55 000 d'entre eux se trouvent toujours dans le pays. A ce jour, le programme de rapatriement volontaire de l'UNHCR a permis à environ 9 000 réfugiés de rentrer.

Fin avril 2008, l'UNHCR et le Gouvernement zambien ont mené une campagne de sensibilisation sur la situation à Moba pour les réfugiés prévoyant de rentrer chez eux depuis les camps de Kala et de Mwange.

Les rapatriés, qui ont voyagé mardi, devaient être transportés vers leurs villages d'origine mercredi, après avoir suivi des sessions de sensibilisation sur des problèmes comme les mines terrestres antipersonnel et le VIH/SIDA. Ils ont aussi reçu des kits d'assistance pour les aider à démarrer leur nouvelle vie. Ces kits contiennent de la nourriture pour une durée de trois mois ainsi que des articles non alimentaires comme des semences et des outils agricoles, du matériel d'abri et, en cas de besoin, des médicaments.

« Je sais qu'après le retour dans mon village, la vie sera dure, mais je dois recommencer ma vie », a indiqué une rapatriée âgée de 43 ans, qui rentrait par le convoi de mardi. Elle a fui la province du Katanga il y a huit ans et elle revenait seule après la mort de son mari en exil.

« Lors de notre fuite, nous avons tout laissé à la maison, même nos animaux, mais nous sommes prêts à rentrer et à démarrer une nouvelle vie avec l'aide de nos frères et de nos soeurs », a ajouté un autre rapatrié, qui rentrait accompagné de sa femme et de ses cinq enfants.

Pour faciliter la réintégration des réfugiés, l'UNHCR et ses partenaires ont financé la formation de groupes autonomes - principalement à Moba. Ces derniers reçoivent des formations pour acquérir des compétences comme la menuiserie, la couture, la maçonnerie et la gestion de crédit. Des écoles et des centres de santé ont été réhabilités dans les principales zones de retour, alors que l'UNHCR a réparé environ 12 kilomètres de route dans et autour de Moba.

L'UNHCR adopte une approche communautaire dans son travail pour la réintégration. « Il est important d'impliquer la communauté, d'écouter les personnes et d'évaluer leurs besoins pour mieux les aider à devenir autonomes et à trouver leur place dans la société », a dit Philippe Creppy, responsable du bureau de l'UNHCR à Moba.

« L'UNHCR travaillera étroitement avec le gouvernement, l'Organisation internationale pour les migrations [OIM] et des partenaires d'exécution pour assurer que des convois s'effectuent de façon régulière, continue et constante, en application des normes internationales », a ajouté Philippe Creppy.

L'opération de rapatriement de Moba a reçu un financement important de la part du Gouvernement américain et d'ECHO, le Service d'aide humanitaire de la Commission européenne. On compte environ 1,3 million de déplacés congolais dans ce vaste pays et quelque 350 000 réfugiés congolais qui se trouvent hors des frontières de la RDC.

Par Francesca Fontanini à Moba, République démocratique du Congo