Au Pakistan, le chef du HCR revoit la situation prolongée des réfugiés afghans

Le Haut Commissaire António Guterres se rend au Pakistan et promet de soutenir des projets visant à réhabiliter et à développer des régions où sont hébergés des réfugiés. Le gouvernement accepte de revoir sa stratégie de rapatriement des Afghans après 2009, sur la base de la réalité sur le terrain.

Le Haut Commissaire António Guterres (à gauche) discute des questions de réfugiés avec le Ministre pakistanais des Etats et des régions frontières, Najmuddin Khan (à droite) à Islamabad.  © HCR/A.Shahzad

ISLAMABAD, Pakistan, 28 août (UNHCR) - Le chef du HCR António Guterres a terminé aujourd'hui une mission de trois jours au Pakistan durant laquelle le gouvernement a accepté de revoir sa stratégie pour le rapatriement des Afghans après 2009. Par ailleurs, les deux parties sont parvenues à un consensus solide sur des projets visant à développer des zones accueillant des réfugiés au Pakistan.

Après son arrivée à Islamabad mardi, le Haut Commissaire António Guterres a rencontré des officiels pakistanais, parmi lesquels le Premier Ministre Syed Yousef Raza Gilani et le Ministre des Etats et des régions frontières (SAFRON), Najmuddin Khan. Il a aussi rencontré des représentants des ministères des affaires étrangères et de l'intérieur.

« Le Pakistan est l'un des partenaires les plus importants du HCR. Ce pays accueille la plus importante population réfugiée au monde depuis tant d'années », a dit António Guterres. « Aucun autre pays n'a montré une telle générosité envers ses voisins, et il est important de mobiliser davantage de soutien parmi la communauté internationale pour cet effort remarquable. »

Le Haut Commissaire a souligné que la situation prolongée des réfugiés afghans fait partie de ses principales priorités cette année. « Nous travaillons actuellement sur une stratégie globale pour la situation afghane qui concerne l'assistance aux communautés hôtes au Pakistan, un soutien suivi au rapatriement volontaire et à la réintégration, tout en gardant à l'esprit les contraintes et les défis en Afghanistan », a-t-il dit.

Plus de 3,4 millions d'Afghans ont reçu une assistance pour rentrer du Pakistan depuis 2002, et environ 1,8 millions d'Afghans enregistrés vivent toujours au Pakistan aujourd'hui.

Le Ministre des Etats et des régions frontières, Najmuddin Khan, a noté que le rapatriement est la solution préférée des réfugiés afghans, reconnaissant le caractère volontaire et progressif que doit prendre l'opération. « Le Gouvernement pakistanais revoit actuellement la stratégie de rapatriement sur trois ans [qui devait initialement se terminer en décembre 2009] en accord avec les réalités du terrain », a-t-il dit. « La stratégie révisée doit être planifiée à moyen terme. Les préoccupations du Pakistan devront également être entendues. »

Concernant le besoin d'une assistance à la réintégration plus importante pour soutenir les retours en Afghanistan, une Conférence internationale pour le retour et la réintégration sera organisée à Kaboul à la mi-novembre. Co-organisée par le Gouvernement afghan et le HCR, l'événement aura pour objectif de mobiliser un soutien pour la stratégie sectorielle pour les réfugiés, les rapatriés et les déplacés internes dans le cadre de la Stratégie de développement national de l'Afghanistan (SDNA).

Afin d'aider davantage le Pakistan à assumer le fardeau que représente l'accueil des réfugiés, le Haut Commissaire a présenté une proposition de projet pilote pour une sélection de régions au Balouchistan et dans la Province frontière du Nord-Ouest qui sont affectées par la présence sur leur sol de réfugiés de longue date (RAHA).

« L'équipe des Nations Unies au Pakistan est pleinement engagée dans l'initiative RAHA et va lancer un appel de fonds pour la financer », a indiqué António Guterres concernant le programme conjoint des Nations Unies. « Ces projets sont créés pour une sélection de régions au Pakistan et visent à réhabiliter et améliorer des infrastructures et des services dans les secteurs de la distribution d'eau, des équipements sanitaires, des soins de santé, de l'éducation primaire, de l'environnement et des moyens d'existence.

Avant de quitter le Pakistan jeudi, le chef du HCR a aussi rencontré l'équipe des Nations Unies dans le pays et les pays membres du Groupe des Huit et de l'Union européenne pour mobiliser un soutien pour la proposition de l'initiative RAHA et la prochaine conférence internationale de Kaboul.

Par Vivian Tan et Babar Baloch à Islamabad, Pakistan