Angelina Jolie exprime son soutien pour les réfugiés du Myanmar dans les camps au nord de la Thaïlande

Angelina Jolie, Ambassadrice de bonne volonté du HCR, appelle le Gouvernement thaïlandais à accorder une plus grande liberté de mouvement aux réfugiés du Myanmar présents dans le nord de la Thaïlande. Elle a passé une journée à discuter avec des réfugiés qui lui ont expliqué les difficultés auxquelles ils sont confrontés depuis 20 ans passés dans des camps fermés.

Angelina Jolie, Ambassadrice de bonne volonté du HCR, avec des enfants réfugiés de l'ethnie karenni dans le camp de Ban Mai Nai Soi.  © HCR/K.McKinsey

CAMP DE REFUGIES DE BAN MAI NAI SOI, Thaïlande, 5 février (UNHCR) - Angelina Jolie, Ambassadrice de bonne volonté du HCR, appelle le Gouvernement thaïlandais à accorder une plus grande liberté de mouvement aux réfugiés du Myanmar présents dans le nord de la Thaïlande. Elle a passé une journée à discuter avec des réfugiés qui lui ont expliqué les difficultés auxquelles ils sont confrontés depuis 20 ans passés dans des camps fermés.

« J'ai été émue de rencontrer une femme âgée de 21 ans qui était née dans un camp de réfugiés, qui n'est jamais sortie de ce camp et qui élève maintenant à son tour son enfant dans le camp », a indiqué Angelina Jolie après sa visite mercredi au camp de Ban Mai Nai Soi. Ce camp accueille 18 111 réfugiés enregistrés, principalement de l'ethnie karenni, et il est situé à seulement trois kilomètres de la frontière avec le Myanmar, près de Mae Hong Son.

« Leurs perspectives de retour au Myanmar étant fort sombres, nous devons trouver des moyens de les aider à travailler pour qu'ils puissent subvenir à leurs besoins », a-t-elle ajouté.

Les 111 000 réfugiés enregistrés, qui vivent dans neuf camps au nord de la Thaïlande le long de la frontière entre la Thaïlande et le Myanmar, ne sont pas autorisés à sortir des camps pour travailler ou pour suivre des études supérieures.

Dans une maison de deux pièces sur pilotis et au toit de chaume, Angelina Jolie s'est assise à la porte et elle s'est entretenue avec Pai Mai, une réfugiée âgée de 44 ans, de la minorité ethnique kayan, qui a demandé une réinstallation aux Etats-Unis.

Dans le pensionnat pour orphelins et enfants séparés de leurs parents, Angelina Jolie a écouté attentivement deux jeunes adolescentes - envoyées par leurs parents de l'autre côté de la frontière en Thaïlande pour qu'elles puissent y recevoir une éducation. Elles lui ont dit qu'elles devraient peut-être retourner au Myanmar à la fin de leur scolarité.

« J'espère que nous pouvons travailler avec les autorités thaïlandaises pour accélérer la procédure gouvernementale concernant les admissions et que vous ne serez pas forcées de rentrer au Myanmar si la situation y est encore dangereuse », a expliqué Angelina Jolie.

Le Comité provincial d'admission, un organe gouvernemental thaïlandais et le seul qui peut accorder le statut de réfugié à des personnes fuyant les combats ou la persécution au Myanmar, doit encore traiter les cas de 5 000 personnes arrivées dans la province de Mae Hong Son en 2006 et 2007, lorsque d'importants combats sont survenus dans l'Etat de Kayah juste de l'autre côté de la frontière. Durant toute l'année dernière, les gens ont continué à arriver à Ban Mai Nai Soi et dans trois autres camps dans la province, la plupart ayant fui le travail forcé et d'autres abus des droits de l'homme.

Une femme âgée de 26 ans, Pan Sein, a indiqué à Angelina Jolie qu'elle avait fui son village situé dans l'Etat de Kayah en novembre dernier. Elle a effectué un voyage périlleux à pied qui l'a finalement amenée au camp début janvier, après de nombreux détours.

« N'avez-vous pas eu peur de quitter vos parents et de venir toute seule ? », a demandé Angelina Jolie.

« Oui, j'ai eu peur », a répondu Pan Sein. « Il était dangereux de fuir, mais tout aussi dangereux de rester dans mon village. »

La visite d'Angelina Jolie se déroule au moment où l'attention du monde entier se porte sur le nombre important de migrants rohingyas fuyant l'Etat du Rakhine au nord du Myanmar dans des bateaux impropres à la navigation, et juste après que le HCR ait pu rendre visite à 78 boat people rohingyas, actuellement en détention à Ranong, dans le sud de la Thaïlande.

« A Ban Mai Nai Soi, j'ai pu me rendre compte à quel point la Thaïlande, depuis des années, est hospitalière envers 111 000 réfugiés, pour la plupart de l'ethnie karen ou karenni. J'ai donc espoir que la Thaïlande fera preuve d'autant de générosité envers les réfugiés rohingyas arrivant actuellement sur leurs côtes », a indiqué Angelina Jolie.

« J'espère aussi que la situation des Rohingyas se stabilise et que leur vie au Myanmar s'améliore pour que la population ne se ressente pas désespérément le besoin de fuir, tout spécialement si on considère que leur voyage est devenu de plus en plus périlleux », a-t-elle ajouté. « Comme toutes les populations, ils méritent le respect de leurs droits humains. »

Par Kitty McKinsey, au camp de Ban Mai Nai Soi, en Thaïlande