Monaco aide des enfants réfugiés malades en Syrie

Deux enfant réfugiés iraquiens atteints de maladies graves devraient être évacués à Monaco pour y être opérés cet été, dans le cadre d'un projet lancé à l'occasion de la célébration du 50ème anniversaire du Prince Albert II.

Des réfugiés dans un centre de santé à Damas. Monaco aide des enfants réfugiés atteints de maladies graves en Syrie.  © HCR/J.Wreford

DAMAS, Syrie, 3 mars (UNHCR) - Deux enfant réfugiés iraquiens atteints de maladies graves devraient être évacués à Monaco pour y être opérés cet été, dans le cadre d'un projet lancé à l'occasion de la célébration du 50ème anniversaire du Prince Albert II.

Ces deux enfants font partie d'un groupe d'enfants qui ont été examinés à Damas la semaine dernière par deux chirurgiens monégasques, François Bourlon, un cardiologue, et Tristan Lascar, un chirurgien orthopédique. Leur mission a été rendue possible grâce à l'aide de l'agence des Nations Unies pour les réfugiés et du Gouvernement monégasque.

Sur place, le personnel du HCR en charge de la santé des réfugiés, avec les services sociaux syriens, ont préparé une liste d'environ 30 enfants réfugiés, notamment des Somaliens et des Iraquiens, ayant besoin d'urgence de soins médicaux qui ne peuvent pas être assurés en Syrie. Les médecins ont examiné à la clinique Al-Zahera 10 enfants souffrant de maladies cardiologiques ou orthopédiques, et ils en ont identifié trois comme étant des cas prioritaires.

Deux de ces trois enfants, âgés de huit ans et de trois ans, seront évacués à Monaco cette année, alors que le troisième pourrait être opéré sur place à la clinique, qui deviendra bientôt le plus grand hôpital pédiatrique en Syrie.

Les deux enfants, dont l'un a besoin d'une opération à coeur ouvert, seront évacués à Monaco par une organisation non gouvernementale française, Aviation sans Frontières, qui travaille aussi avec le HCR dans le cadre de programmes de réinstallation. Une fois arrivés dans la Principauté, les jeunes patients seront accueillis par des familles locales, et ils resteront en contact régulier avec leurs parents restés en Syrie.

Adam Musa, chargé de santé publique pour le HCR en Syrie, a indiqué qu'il faudrait déployer des trésors de persuasion pour convaincre les parents de laisser partir les enfants. Les deux chirurgiens ont expliqué qu'ils étaient prêts à retourner à Damas en Syrie pour effectuer d'autres consultations et pour opérer des enfants réfugiés souffrant de pathologies relevant de leur spécialité médicale.

Ils ont aussi indiqué qu'ils étaient heureux de partager leurs connaissances avec des collègues syriens, qui pourraient ainsi aider davantage d'enfants à l'avenir. « Nous avons rencontré une bonne équipe médicale, et nous avons très rapidement trouvé un langage commun pour partager notre savoir avec nos confrères syriens », a indiqué le docteur Bourlon, ajoutant que les dossiers médicaux présentent de bons diagnostics qui permettront à l'avenir, depuis Monaco, de pouvoir identifier les enfants ayant besoin d'aide.

Ce programme d'évacuation médicale démarre près d'un an après que divers organismes de charité aient célébré le 50ème anniversaire du Prince Albert en collectant des fonds permettant l'évacuation médicale d'enfants malades depuis des pays pauvres pour être opérés à Monaco.

Par ailleurs, l'année dernière, le prince a indiqué qu'il souhaiterait renforcer les liens au niveau politique et humanitaire entre Monaco et l'agence des Nations Unies pour les réfugiés.

La Principauté de Monaco, située sur la Côte d'Azur en France, est la seconde plus petite nation indépendante au monde. Sa surface est de 196 hectares et environ 32 000 personnes y habitent, ce qui en fait l'un des pays les plus densément peuplés au monde.

Par Marie-Ange Lescure à Damas, Syrie