Lors de sa troisième mission en Iraq, Angelina Jolie appelle instamment à une aide pour les déplacés

L'Ambassadrice de bonne volonté du HCR Angelina Jolie effectue ce jeudi une nouvelle mission en Iraq, pour offrir un soutien à des centaines de milliers d'Iraquiens qui restent déplacés à l'intérieur de leur propre pays.

L'Ambassadrice de bonne volonté du HCR Angelina Jolie avec un jeune Iraquien à Chikook, Bagdad.  © HCR/B.Heger

BAGDAD, Iraq, 23 juillet (HCR) - L'Ambassadrice de bonne volonté du HCR Angelina Jolie effectue ce jeudi une nouvelle mission en Iraq, pour offrir un soutien à des centaines de milliers d'Iraquiens qui restent déplacés à l'intérieur de leur propre pays.

Durant sa visite d'une journée à Bagdad, Angelina Jolie s'est rendue à Chikook, une banlieue du nord-ouest de Bagdad, dans une installation de fortune où vivent des déplacés internes. Elle y a rencontré quatre familles déplacées originaires du quartier d'Abu Ghraïb, situé à l'ouest de Bagdad, ou d'autres banlieues de l'ouest de la capitale.

Malgré les difficultés en Iraq, Angelina Jolie a indiqué que l'occasion se présentait pour les Iraquiens de reconstruire leur vie. « La situation semble actuellement s'améliorer sur le terrain, toutefois les Iraquiens ont besoin d'un soutien et d'une aide considérables pour reconstruire leur vie. »

Les familles qu'Angelina Jolie a rencontrées se sont plaintes que leurs enfants ne soient pas scolarisés et de ne pas avoir les moyens de payer des traitements médicaux pour soigner leurs maladies. Ali*, âgé de 43 ans, a construit son habitation en briques de terre crue à Chikook, après avoir fui le quartier d'Abu Ghraïb avec sa femme de 38 ans et leurs six enfants il y a quatre ans.

« La seule aide que nous avons reçue provenait du HCR. Ce sont les seules personnes qui ont frappé à notre porte. Regardez la vie que nous avons, c'est très dur pour nous », a-t-il dit. « Il vous faut dépenser beaucoup d'énergie pour survivre. Je ne sais pas si je serais assez résistante pour survivre dans ces conditions », lui a répondu Angelina Jolie.

Dans une maison voisine, la célèbre actrice a rencontré une famille de neuf personnes, dont les enfants ne sont pas scolarisés et dont le bébé souffre d'une éruption sur tout le corps. Angelina Jolie a bercé le nouveau-né sur ses genoux durant toute la visite. La belle-fille a étudié le droit avant que les violences ne forcent la famille à fuir et n'aient mis fin à ses études.

« Il n'en est pas question », ont-ils tous répondu à l'unisson, lorsqu'Angelina Jolie leur a demandé s'ils voulaient rentrer dans leur ancien quartier d'origine. « Nos voisins sont rentrés et leurs trois filles ont été tuées », a indiqué la belle-fille Salwa*. « Pourquoi sommes-nous confrontés à cette situation ? » a-t-elle ajouté.

« Ils ont raison de penser que ce n'est pas juste », a indiqué Angelina Jolie, qui leur a promis de revenir. « Je veux revenir et vous voir en meilleure forme et dans d'autres conditions. J'espère que le HCR et le gouvernement vous aideront à obtenir un lopin de terre. Vous avez besoin d'aide non parce que vous êtes démunis, mais parce que vous représentez l'avenir de l'Iraq », a-t-elle souligné, en ajoutant qu'elle espérait que Salwa pourrait devenir avocate.

« Ce qui se passe dans ce camp est très difficile mais il y a aussi des personnes qui ont pu rentrer chez elles dans d'autres régions plus sûres », a indiqué Angelina Jolie peu après. « Il y a des changements. Il y a des retours de personnes déplacées, pas en grand nombre mais il y a un progrès. »

Plus de 20 000 personnes, principalement des femmes et des enfants, vivent à Chikook, y compris plusieurs milliers de locaux. Cette localité connaît une pénurie d'eau potable, elle manque aussi d'un système d'égout opérationnel et de routes goudronnées. Cette zone est recouverte d'ordures, bien que le HCR y ait organisé une campagne de nettoyage en début d'année.

L'agence des Nations Unies pour les réfugiés achemine par camion de l'eau potable pour tous les résidents de Chikook depuis quelques mois et travaille à la réhabilitation du système de distribution d'eau et à l'amélioration des hébergements.

Le HCR estime à 1,6 million le nombre d'Iraquiens qui sont devenus des déplacés internes suite au déclenchement d'hostilités sectaires provoqué en février 2006 par le bombardement d'une mosquée dans la ville antique de Samarra.

Près de 300 000 personnes déplacées sont rentrées chez elles, suite à une amélioration générale de la situation sécuritaire depuis mi-2008.

« La situation semble actuellement s'améliorer sur le terrain, toutefois les Iraquiens ont besoin d'un soutien et d'une aide considérables pour reconstruire leur vie. Vous ne pouvez pas rentrer chez vous si vous n'avez plus nulle part où aller », a indiqué Angelina Jolie, qui suit étroitement la situation en Iraq après ses deux précédentes visites.

Depuis avril 2008, le HCR a assuré la réhabilitation des abris d'urgence et l'amélioration des hébergements pour 5 000 familles. Près de 20 000 maisons seront réhabilitées d'ici fin 2009. Des centaines de milliers de réfugiés iraquiens sont toujours hébergés dans des pays voisins, principalement en Syrie et en Jordanie.

C'est la troisième fois qu'Angelina Jolie se rend en Iraq. En août 2007, elle a effectué une mission au camp d'Al Waleed près de la frontière avec la Syrie. En février 2008, elle a voyagé en Iraq, pour mettre en lumière les problèmes auxquels sont confrontés les déplacés internes et pour appeler instamment à agir afin de leur venir en aide.

* Noms fictifs pour des raisons de protection

Par Abeer Etefa à Bagdad, Iraq