Slovénie : Le HCR est préoccupé par de nouvelles lois sur l'asile

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Jennifer Pagonis – à qui toute citation peut être attribuée – lors de la conférence de presse du 25 novembre 2005 au Palais des Nations à Genève.

L'UNHCR est préoccupé par certains amendements de la législation slovène sur l'asile, actuellement en préparation. Si le parlement adopte le projet législatif proposé hier par le gouvernement slovène (jeudi 24 novembre), il y a un réel danger que les personnes qui ont besoin de protection internationale puissent être renvoyées dans des pays où leur vie et leur liberté sont menacées.

La plus grande inquiétude de l'UNHCR concerne l'introduction d'une nouvelle pré-procédure au niveau de la police qui permettrait de décider si une personne peut légitimement prétendre à demander l'asile ou pas. Cette nouvelle catégorie de « personne qui a exprimé son intention de demander l'asile » n'est pas satisfaisante. Ces personnes n'auront pas les garanties suffisantes contre le refoulement et pourraient facilement se voir déposséder de leurs droits pour demander l'asile. En conséquence, les demandeurs d'asile pourraient être encouragés à se déplacer illégalement dans l'Union européenne pour éviter de présenter une demande en Slovénie.

L'UNHCR a informé le gouvernement slovène que les changements proposés contreviennent à la loi internationale et vont à l'encontre des intentions de l'Union européenne pour harmoniser le système d'asile européen.

L'UNHCR poursuit des consultations avec le gouvernement et appelle les membres du parlement slovène à se prononcer contre ces amendements proposés dans la nouvelle loi.

Le nombre de demandes d'asile reçues en Slovénie en 2004 était de 1 174. Pour les trois premiers trimestres de 2005, le nombre de demandes était de 1 229.