Guinée : Campagne d'information à Conakry pour la promotion du retour des réfugiés libériens

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR William Spindler – à qui toute citation peut être attribuée – lors de la conférence de presse du 4 avril 2006 au Palais des Nations à Genève.

Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) entame aujourd'hui (mardi) une semaine de promotion du rapatriement en direction des réfugiés libériens installés de longue date dans la ville de Conakry. La campagne de sensibilisation, qui se déroulera du 4 au 11 avril, touchera quelque 3 000 réfugiés libériens installés dans les cinq communes (districts) de la capitale guinéenne et détenteurs d'une carte de réfugiés délivrée par les autorités guinéennes.

La campagne de promotion, une première du genre à Conakry, vise à encourager ces réfugiés à rentrer dans leur pays d'origine en raison de l'évolution positive de la situation sociopolitique après élection d'Ellen Johnson-Sirleaf à la tête du Libéria. L'équipe qui animera la campagne sera composée de représentants du Bureau national de coordination des réfugiés (BNCR, une institution gouvernementale), de responsables de l'UNHCR ainsi que de plusieurs représentants des réfugiés libériens de Guinée.

Originaires des comtés libériens de Nimba, Montserrado, Bong, Lofa et Grand Gedeh, ces 3 000 réfugiés sont, pour la plupart, arrivés à Conakry au tout début de la guerre civile libérienne. Depuis, ils bénéficient de la protection de l'UNHCR et du gouvernement guinéen.

Jusqu'à maintenant, la campagne d'information pour la promotion du retour a pris place seulement dans les camps de réfugiés, où vivent la majorité des réfugiés libériens, au total 44 000.

Depuis le démarrage des opérations de rapatriement volontaire en octobre 2004, quelque 28 000 Libériens ont été rapatriés de Guinée avec l'assistance de l'UNHCR, dont 7 600 sont rentrés en 2006 et 15 000 sont rentrés par leurs propres moyens.

Par ailleurs, le Bureau de l'UNHCR en Guinée prévoit de rapatrier, d'ici la fin de l'année 2006, quelque 35 000 autres réfugiés libériens. Actuellement, on compte encore 175 000 réfugiés libériens dispersés dans toute l'Afrique de l'Ouest. Les principaux pays d'asile sont la Guinée, la Sierra Léone, la Côte d'Ivoire et le Ghana.