Timor-Leste : l'opération manque de financement

Nous avons besoin de façon urgente de quelque 4,8 millions de dollars pour notre opération d'aide aux dizaines de milliers de personnes déplacées au Timor-Leste. Jusqu'à présent, les fonds arrivent lentement, avec seulement 286 000 dollars US de l'Australie, 185 000 dollars US de donateurs privés en Australie et de 50 000 euros du gouvernement allemand. Nous espérons qu'avec le lancement imminent d'un Appel d'urgence des Nations Unies, que les donateurs se montreront généreux. L'UNHCR, dans le cadre d'un effort conjoint des Nations Unies, est impliqué pour fournir des hébergements d'urgence et des secours de base ainsi qu'assurer la protection de plus de 30 000 personnes déplacées internes.

La première vague de notre pont aérien d'urgence vers le Timor-Leste s'est achevée tôt ce matin, avec l'arrivée dans la capitale Dili du troisième Antonov-12 depuis Darwin. L'Antonov transportait des secours qui ont été acheminés dans la ville située au nord de l'Australie plus tôt dans la semaine depuis notre entrepôt de Jordanie à bord de deux Boeing-747 affrétés par l'UNHCR. Quelque 56 tonnes de tentes, couvertures, bâches en plastique et jerricans sont maintenant sur le terrain à Dili. Une barge doit quitter Darwin dimanche matin, et arriver à Dili lundi, avec le reste des secours arrivés par le pont aérien. Nous aurons alors fourni des secours à plus de 17 000 personnes déplacées à Dili. Au total, nous prévoyons d'envoyer 400 tonnes de secours pendant ces différentes phases.

La sécurité demeure un problème important pour plus de 65 000 personnes déplacés à Dili. Nous sommes maintenant entrain d'éviter la surpopulation dans les quelque 40 campements de fortune autour de Dili et d'améliorer les conditions de vie. Les planificateurs de site de l'UNHCR, les chargés de programme et de protection, les personnels sur le terrain ont eu des réunions régulières avec les prêtres, les représentants des déplacés, le gouvernement et les autres organisations humanitaires pour identifier les sites qui ont le plus besoin d'assistance urgente. Le travail est actuellement en cours sur deux sites - le collège Don Bosco et l'aéroport - pour nettoyer les lieux afin de pouvoir installer des tentes et éviter la surpopulation. Aujourd'hui, 40 tentes ont été livrées à l'Hôpital national pour permettre le logement des personnels de l'hôpital dont les maisons ont été détruites. L'UNHCR évalue également avec le gouvernement les possibilités pour établir de nouveaux camps organisés.