Timor-Leste : La première phase de l'opération de secours d'urgence s'achève

Hier, la première phase de l'opération d'urgence de l'UNHCR pour acheminer des biens de secours vers le Timor-Leste par voies aérienne et maritime s'est achevée avec l'arrivée à Dili, la capitale du Timor-Leste, d'un navire cargo transportant 150 tonnes de biens de secours est parti de Darwin au nord de l'Australie. La semaine dernière, quatre avions cargo Antonov-12 ont livré 56 tonnes de fournitures. La livraison de lundi par bateau des biens de secours d'urgence, dont des tentes familiales légères, des bâches en plastique, des couvertures et des sets de cuisine, a été la plus importante vers la nation insulaire depuis le début des violences. Dans le cadre de l'Appel éclair des Nations Unies annoncé hier à New-York, l'UNHCR a demandé 4,8 millions de dollars pour financer son intervention d'urgence pour l'hébergement dans la crise au Timor-Leste.

Au total, l'UNHCR a envoyé à ce jour 200 tonnes de fournitures pour plus de 17 000 personnes. La semaine dernière, deux avions cargo Boeing 747 ont livré de la marchandise à Darwin, depuis notre entrepôt régional du Moyen-Orient situé en Jordanie. Les marchandises ont été ensuite transportées dans des avions de plus petite capacité vers Dili et par navire cargo. Les fournitures pour l'hébergement sont utilisées pour améliorer les conditions de vie de milliers de personnes déplacées habitant dans 55 camps de fortune surpeuplés et insalubres autour de Dili et dans les campagnes.

La plupart des 69 000 personnes déplacées à Dili nous ont indiqué préférer rester près des camps de fortune où ils ont trouvé la sécurité. En réponse, l'UNHCR essaye de trouver d'autres lieux autour de ces sites pour nettoyer le sol, monter des tentes et décongestionner les abris de fortune existants. Près de l'aéroport, quelque 150 tentes sont déjà montées et nous étudions actuellement la faisabilité de nettoyer encore d'autres parcelles de terrain. A cet emplacement, quelque 2 000 personnes pourraient être hébergées. Environ 1 000 personnes doivent être transférées vers les tentes de ce site aujourd'hui, les plus vulnérables en premier. Les troupes australiennes assurent la sécurité de la zone de l'aéroport, dont le camp de déplacés, et effectuera des patrouilles régulières la nuit. La sécurité est la principale préoccupation des déplacés.

Tous les sites de fortune ne pourront pas être étendus, cependant, alors nous continuons aussi à rechercher et planifier de nouveaux sites. Hier (lundi), nous avons commencé à monter des tentes pour héberger plus de 1 000 personnes au Stade national où le Gouvernement nous a demandé d'établir un camp. Ce travail devrait se terminer demain (mercredi).

La distribution de fournitures d'urgence dans différents sites hébergeant des déplacés autour de Dili est en cours et nous travaillons étroitement avec les ONG pour atteindre le plus grand nombre possible. Demain (mercredi), dans le cadre la réponse conjointe des Nations Unies et des ONG, nous enverrons des biens de secours dans l'île d'Auturo, en face de Dili (100 tentes, 500 couvertures et 100 bâches en plastique).

Plus de 63 000 personnes ayant fui les violences, les pillages et les incendies à Dili ont cherché refuge dans les campagnes. Le chiffre devrait encore augmenter après l'évaluation de la situation dans les districts restants. Jusqu'à présent neuf des 13 districts ont été évalués. De nombreux déplacés sont hébergés par des proches, alors que d'autres sont dans des huttes, des bureaux et des églises. Dans quelques parties du district de Bacau, les gens doivent monter des camps de fortune. Nous travaillons étroitement avec les autorités locales, la Croix Rouge locale et les ONG pour évaluer les besoins et commencer très rapidement la distribution dans les régions.