Malte : un chalutier attend au large, le HCR appelle l'Union européenne au partage des tâches

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Jennifer Pagonis – à qui toute citation peut être attribuée – lors de la conférence de presse du 18 juillet 2006 au Palais des Nations à Genève.

Le chalutier espagnol « Francisco Catalina », qui a secouru 51 personnes (42 hommes, 8 femmes et un bébé, pour la plupart apparemment originaires d'Erythrée) en Méditerranée vendredi (14 juillet) a été mis en attente au large des côtes maltaises depuis samedi et n'a toujours pas été autorisé à accoster à Malte.

L'UNHCR est en contact avec les autorités maltaises pour exprimer sa préoccupation humanitaire concernant ce groupe, certains d'entre eux pouvant être des réfugiés qui ont besoin d'une protection internationale et pour souligner la nécessité urgente de débarquer ces personnes aussi rapidement que possible dans un lieu où elles pourront recevoir de l'assistance.

L'UNHCR comprend tout à fait les difficultés et les problèmes des autorités maltaises et les considérables défis posés par l'arrivée répétée de groupes mixtes de migrants, demandeurs d'asile et réfugiés dans différents pays de la Méditerranée. Cependant, compte tenu de l'urgence de la situation et pour des considérations pratiques, l'UNHCR en appelle aux gouvernements de la région pour qu'ils autorisent le débarquement et l'admission des ces 51 personnes sur leur territoire, au moins temporairement.

L'UNHCR appelle aussi les pays membres de l'Union européenne à travailler avec Malte et à aider ce pays pour trouver une solution appropriée dans ce type de situation avec un esprit de solidarité et de partage des tâches.

L'UNHCR salue également le geste humanitaire du capitaine et de l'équipage du « Francisco Catalina » et demande à toutes les autorités compétentes de faire leur possible pour s'assurer que le chalutier puisse continuer son voyage comme prévu aussi vite que possible et avec un minimum de retard.