Guinée : Le rapatriement des Libériens continue malgré la grève générale

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Jennifer Pagonis – à qui toute citation peut être attribuée – lors de la conférence de presse du 26 janvier 2007 au Palais des Nations à Genève.

La grève générale qui paralyse la Guinée depuis deux semaines a limité notre accès aux camps où sont hébergés les réfugiés libériens. Cependant, malgré cela, si la sécurité le permet, nous ferons partir demain (samedi) un convoi de rapatriement volontaire qui devrait porter à 46 000 le nombre de réfugiés aidés par l'UNHCR pour leur retour au Libéria depuis la Guinée, depuis le début du programme de rapatriement en octobre 2004.

Quelque 460 rapatriés rentreront vers Ganta au Libéria voisin, grâce au convoi de demain depuis Nzérékoré dans le sud-est de la Guinée. Aujourd'hui vendredi, notre personnel présent à Nzérékoré s'entretient de la situation sécuritaire avec les autorités locales, pour établir en accord avec elles l'itinéraire du convoi.

Malgré cette grève, la situation dans les camps de réfugiés près de Nzérékoré est généralement rapportée comme étant calme mais avec nos partenaires nous avons réduit notre personnel et nos activités au minimum. Les services essentiels, cependant, ont été maintenus tels que la distribution de nourriture, la semaine dernière, pour quelque 4 300 réfugiés dans le camp de Kounkan 1 et une autre distribution pour 11 400 réfugiés dans le camp de Lainé hier (jeudi).

L'UNHCR salue ce qui semble être la reprise du dialogue politique alors que nous étions de plus en plus inquiets quant aux répercussions de la crise actuelle sur le bien-être des 31 000 réfugiés libériens, sierra-léonais et ivoiriens qui se trouvent dans le pays.

Dans le cadre d'une réponse humanitaire conjointe des Nations Unies, l'UNHCR surveille très étroitement la situation aux frontières de la Guinée, mais n'a pas noté pour l'instant de mouvement inhabituel de population vers les pays voisins. Des missions inter-agences des Nations Unies se sont rendues dans les régions frontalières en Côte d'Ivoire le 18 janvier, en Guinée Bissau les 20 et 21 janvier, ainsi qu'au Mali cette semaine.

La Guinée accueille plus de 31 000 réfugiés, notamment près de 22 000 Libériens, les autres étant originaires de Sierra Leone et de Côte d'Ivoire. La plupart des réfugiés vivent dans des camps le long des frontières avec la Sierra Leone, le Libéria et la Côte d'Ivoire, avec quelque 9 000 d'entre eux qui vivent dans la capitale guinéenne, Conakry. Plus de la moitié des 90 000 réfugiés qui ont été rapatriés au Libéria depuis octobre 2004 venaient de Guinée, mettant ce pays en première place des pays d'Afrique de l'Ouest impliqués dans l'opération de rapatriement des Libériens.