Guinée : les opérations humanitaires pour les réfugiés continuent, malgré la situation de crise

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR William Spindler – à qui toute citation peut être attribuée – lors de la conférence de presse du 20 février 2007 au Palais des Nations à Genève.

L'UNHCR fait son possible pour ne pas interrompre ses opérations humanitaires en faveur de milliers de réfugiés en Guinée, malgré une situation incertaine et de plus en plus complexe, incluant une grève générale et la déclaration de l'état d'urgence par le gouvernement.

Cette semaine, nous allons procéder à deux rapatriements volontaires de réfugiés libériens, l'un en direction de Yekepa demain (21 février) et l'autre vers Voinjama vendredi (23 février). Au total, environ 500 réfugiés vont rentrer au Libéria dans le cadre de ces deux mouvements de retour.

En tout, quelque 90 000 réfugiés ont été rapatriés vers le Libéria depuis le début, en octobre 2004, du programme de retour volontaire de l'UNHCR pour les Libériens. Plus de la moitié des rapatriés libériens sont rentrés d'exil depuis la Guinée, le pays d'accueil en Afrique de l'Ouest le plus impliqué dans l'opération de rapatriement vers le Libéria.

Depuis le début de cette crise, l'UNHCR et ses partenaires en Guinée ont pu maintenir les activités dans les camps de réfugiés, à un niveau réduit du fait des conditions sécuritaires. Ces jours derniers, nos équipes sur le terrain de Nzérékoré dans l'est de la Guinée ont visité les camps de réfugiés à Lainé et Kouankan. Selon leurs informations, la situation dans les camps reste calme et leur population reste disciplinée. Malgré des difficultés croissantes vécues par les populations dans leur vie quotidienne, aucune tension n'a été rapportée entre les réfugiés et les communautés locales guinéennes des villages situés aux alentours des camps.

Le site de Lainé accueille actuellement quelque 11 000 réfugiés libériens. La distribution de nourriture par le PAM s'est achevée ce week-end, sans incident. D'autres distributions de nourriture devraient avoir lieu cette semaine dans les camps de Kouankan 1, accueillant 7 000 Libériens, et Kouankan 2, hébergeant quelque 3 000 réfugiés ivoiriens,

L'UNHCR continue aussi à surveiller la situation aux frontières guinéennes, mais aucun mouvement majeur de population n'a été rapporté dans aucun des pays voisins (Guinée Bissau, Sénégal, Mali, Côte d'Ivoire, Sierra Leone, Libéria).

La Guinée héberge encore plus de 31 000 réfugiés, incluant près de 22 000 Libériens. De plus, on compte quelque 5 000 réfugiés originaires de Sierra Leone et 4 500 de Côte d'Ivoire. Près de 70 pour cent de la population réfugiée restant en Guinée est hébergée dans des camps le long des frontières avec la Sierra Leone, le Libéria et la Côte d'Ivoire. Quelque 9 000 réfugiés habitent à Conakry, la capitale de la Guinée.