Augmentation du nombre de Somaliens à Djibouti

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Ron Redmond – à qui toute citation peut être attribuée – lors de la conférence de presse du 5 février 2008 au Palais des Nations à Genève.

Un nombre croissant de demandeurs d'asile et de migrants somaliens fuient vers Djibouti, qui pourrait devenir une nouvelle route de migration vers le Moyen-Orient depuis la Somalie ravagée par la guerre.

En 2007, un total de 700 demandeurs d'asile somaliens ont fui vers Djibouti. Cette année, plus de 550 demandeurs d'asile et migrants ont déjà gagné Djibouti après une traversée depuis le nord-ouest de la Somalie, une région également connue sous le nom de Somaliland - dont 400 d'entre eux sont arrivés en janvier. Dans la ville portuaire d'Obock, au nord de Djibouti, la capitale, le nombre de personnes quittant le port dans de petites embarcations a également augmenté régulièrement, selon les autorités portuaires.

Au cours d'une visite récente à Loyada, un point de passage frontière entre le Somaliland et Djibouti, les gardes frontière ont indiqué à une équipe conjointe, comprenant des employés de l'UNHCR et des fonctionnaires gouvernementaux, qu'il y a un flot continu de demandeurs d'asile se regroupant dans le no-man's land, alors qu'ils cherchent à entrer à Djibouti. Auparavant, les demandeurs d'asile effectuaient un voyage périlleux dans la région vallonnée séparant Djibouti et le Somaliland, pour éviter d'être bloqués à la frontière pendant des jours. L'UNHCR et les fonctionnaires gouvernementaux sont maintenant intervenus auprès des gardes frontière pour leur demander que les demandeurs d'asile somaliens puissent entrer, en accord avec les obligations internationales de Djibouti. Le Gouvernement de Djibouti et l'UNHCR étudient actuellement la possibilité d'établir un centre d'accueil près de la frontière, pour recevoir les demandeurs d'asile et étudier leurs cas, avant leur transfert au camp Ali Adeh, qui accueille environ 7 000 réfugiés. Quelque 3 500 d'entre eux sont originaires du sud et du centre de la Somalie, dont environ 2 800 du Somaliland. Les gardes frontière ont également indiqué que des passeurs avaient commencé à rôder dans le no-man's land, offrant d'embarquer le groupe mixte composé de demandeurs d'asile et de migrants originaires de Zeila, une ville du Somaliland, pour traverser le golfe d'Aden directement vers le Yémen ou vers le nord de Djibouti avant d'organiser leur traversée vers le Yémen.

La plupart de ceux qui arrivent à Djibouti sont originaires du centre et du sud de la Somalie, dont Mogadiscio, la capitale de la Somalie, Baidoa et des zones proches, ainsi que Beletweyne. La majorité d'entre eux déclare avoir passé plusieurs mois dans d'autres villes comme Galkayo, Bossasso et Hargeisa avant de venir à Djibouti. D'autres indiquent avoir vécu dans des installations pour personnes déplacées internes en Somalie. Cependant ils ne recevaient pas suffisamment d'aide et ils n'avaient aucun moyen de gagner leur vie. Ceux qui franchissent la frontière sont principalement des jeunes célibataires, dont quelques-uns d'entre eux espèrent poursuivre le voyage vers le Yémen.

L'UNHCR continue d'appeler à une action plus importante pour sauver des vies humaines dans le golfe d'Aden et d'autres zones maritimes. Pour la seule année 2007, plus de 29 500 personnes sont arrivées sur les côtes du Yémen, alors que plus de 1 400 personnes sont mortes ou portées disparues durant cette traversée périlleuse.