Sénégal : Rapatriement volontaire des réfugiés mauritaniens

L'UNHCR intensifie son opération de rapatriement depuis le Sénégal avec un second convoi ayant eu lieu hier (jeudi) et qui a ramené plus de 250 Mauritaniens chez eux. Nous prévoyons d'augmenter le rythme des retours volontaires et d'organiser deux convois par semaine pour atteindre l'objectif de 3 000 retours par mois.

Jeudi, 257 réfugiés mauritaniens, soit 61 familles, ont été transportés depuis quatre sites de réfugiés localisés sur la rive sud du fleuve Sénégal, qu'ils ont traversé par bateau, vers la ville mauritanienne de Rosso. A leur arrivée, et après avoir accompli des formalités administratives, ils ont été ramenés vers trois villages situés à proximité de Rosso, en Mauritanie.

Les deux prochains convois devraient avoir lieu mardi prochain, avec quelque 438 rapatriés, ainsi que le 22 mars.

Les rapatriés reçoivent de l'UNHCR un kit d'assistance, composé d'articles domestiques de base, notamment des ustensiles de cuisine, des couvertures, des seaux, des moustiquaires, du savon ainsi que des kits d'hygiène. Les rapatriés reçoivent aussi une ration alimentaire pour trois mois de la part du Programme alimentaire mondial. Enfin, chaque famille reçoit une tente ainsi que des outils pour la construction. Dans les lieux de retour, des projets de réintégration sont menés dans les domaines de la santé, de l'éducation et de la distribution d'eau. Des partenaires de l'UNHCR mettent aussi en oeuvre des programmes de réhabilitation ou de reconstruction des infrastructures qui vont bénéficier à la fois aux rapatriés et aux communautés locales.

Ce second convoi fait suite au retour volontaire de 103 réfugiés mauritaniens, en date du 29 janvier. Au total, quelque 24 000 réfugiés mauritaniens habitent dans le nord du Sénégal, le long de la frontière avec la Mauritanie, et pourrait bénéficier de l'assistance de l'UNHCR pour retourner dans leur pays natal avant la fin de l'opération, prévue pour décembre 2008.

En avril 1989, une dispute de longue date entre la Mauritanie et le Sénégal sur leurs frontières a dégénéré en violences ethniques. Quelque 60 000 Mauritaniens ont fui vers le Sénégal et le Mali.