Bélarus : Le HCR signe un accord sur la surveillance des frontières et sur l'accès à l'asile

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Jennifer Pagonis – à qui toute citation peut être attribuée – lors de la conférence de presse du 9 mai 2008 au Palais des Nations à Genève.

Le Bélarus, l'UNHCR et d'autres organisations, ont signé un accord sur la surveillance des frontières et l'accès à l'asile. Dans le cadre d'un mémorandum d'accord, signé à Minsk mercredi, des missions conjointes de surveillance des frontières seront menées régulièrement dans les régions frontalières, pour assurer que les demandeurs d'asile aient accès au pays et aux procédures d'asile.

En plus de cette surveillance des frontières, une aide psychologique, médicale et d'urgence ainsi qu'une assistance sont prévues pour ceux qui sont concernés par cet accord. Par ailleurs, une assistance sera assurée pour ceux qui ne sont pas éligibles pour bénéficier d'une protection internationale et qui veulent rentrer dans leur pays d'origine. L'UNHCR assurera des formations pour les fonctionnaires en charge des questions de l'asile.

L'accord fait partie d'un projet financé par l'Union européenne (EU). L'UNHCR a signé des accords similaires avec la Hongrie en 2006 et avec la Slovaquie en 2007. Ces arrangements représentent une part importante des activités de l'UNHCR, dans le cadre du Plan d'Action en 10 Points, pour les frontières est et sud-est de l'Union européenne, dans le cadre de la gestion des flux migratoires mixtes composés simultanément de migrants et de demandeurs d'asile.

Le Bélarus a des frontières communes avec trois Etats Membres de l'UE - la Lituanie, la Pologne et la Lettonie - avec lesquels il maintient des contrôles frontaliers stricts et une frontière essentiellement ouverte avec la Fédération de Russie. C'est un pays de transit et de destination pour les migrants et les demandeurs d'asile.