La Marine française porte secours à des boat people ; sept personnes ont trouvé la mort lors d'un accident dans le golfe d'Aden

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Ron Redmond – à qui toute citation peut être attribuée – lors de la conférence de presse du 24 mars 2009 au Palais des Nations à Genève.

Un navire de la Marine française, la frégate de surveillance Floréal, a porté secours à un nombre important de boat people somaliens et éthiopiens ce week-end. Toutefois, au moins sept d'entre eux se sont noyés, lors du retournement de leur embarcation peu après son arrivée à quai dans le port d'Aden au Yémen. Cinq personnes, portées disparues, auraient trouvé la mort.

La tragédie s'est déroulée samedi, alors que des passagers tentaient de débarquer depuis un bateau de passeurs impropre à la navigation, qui venait d'être remorqué vers la côte yéménite par un navire de la marine française l'ayant trouvé à la dérive et prenant l'eau dans le golfe d'Aden, à environ 200 kilomètres d'Aden et 86 kilomètres des côtes du Yémen. Le bateau des passeurs se trouvait donc dans la zone couverte par le Centre yéménite pour la coordination des secours maritimes et relevait, de ce fait, de la compétence du Yémen. L'équipage du navire français, la frégate de surveillance Floréal qui fait partie de l'Opération Atalante de l'Union européenne menée dans le golfe d'Aden, a stoppé l'arrivée d'eau et a procédé au remorquage, vers Aden, de l'embarcation qui transportait 104 personnes. En arrivant au quai, les passagers apeurés se sont tous précipités au même moment pour débarquer, ce qui causé le retournement du bateau à cause du transfert soudain de l'équilibre à bord.

Les marins français et les gardes-côtes yéménites ont sauvé 85 passagers et quatre des passeurs, qui ont été arrêtés peu après. Parmi les passagers, 19 personnes ont été transportées à l'hôpital pour recevoir des soins médicaux, alors que 66 personnes ont été transférées dans les locaux d'une agence humanitaire locale.

Nous remercions la Marine française et les autorités yéménites, y compris le personnel du port et les gardes-côtes pour l'opération de sauvetage. Des employés du HCR étaient présents lors de l'accident car ils avaient été auparavant informés qu'un bateau était remorqué vers Aden, transportant des personnes qui espéraient traverser depuis la Somalie vers le Yémen. Nos partenaires locaux ont fourni une aide d'urgence, de l'eau et de la nourriture aux survivants.

Cette année, un total de 260 bateaux, soit 13 250 personnes, ont déjà effectué la traversée périlleuse du golfe d'Aden, depuis la corne de l'Afrique vers la côte yéménite. A ce jour, 54 personnes auraient trouvé la mort et 36 personnes sont portées disparues en mer.