Développement du programme vénézuélien de micro-crédits pour les réfugiés

Le gouvernement vénézuélien prévoit d'étendre un programme de micro-assistance financière aux réfugiés et demandeurs d'asile colombiens dans les états frontaliers du Vénézuela.

Une première étape, couronnée de succès, de ce programme a alloué 250 000 dollars US de micro-crédits à 65 projets de production, commerce et services. Au cours de cette première étape, la banque vénézuélienne « Banco del Pueblo Soberano » - l'une des plus importantes institutions gouvernementales de micro-crédit - a soutenu des projets dont ont bénéficié 121 familles, dont les chefs de famille étaient principalement des femmes, des réfugiés ou des Vénézuéliens vivant dans les régions frontalières avec la Colombie.

Après avoir enregistré un nombre important de remboursements et un taux de débit en deçà de 3 %, la banque « Banco del Pueblo Soberano » prévoit pour 2009 de doubler l'aide à d'autres communautés de Zulia, Táchira et Apure, et d'étendre son programme à plus d'états frontaliers.

Ce plan promeut l'entreprise individuelle dans les communautés et est un pas important dans l'effort de protection et d'intégration de quelque 12 000 demandeurs d'asile qui attendent la reconnaissance de leur statut. Au Vénézuéla, il peut arriver que les demandeurs d'asile attendent plus de trois ans pour obtenir le statut de réfugié et qu'ils reçoivent enfin les papiers d'identité leur permettant d'accéder au monde du travail.

Le programme s'inscrit dans une stratégie « Frontières de solidarité » que le HCR met en oeuvre dans les pays où l'intégration est la solution la plus durable. C'est le cas au Vénézuéla, où près de 200 000 Colombiens sont arrivés au cours de la dernière décennie fuyant la guerre dans leur pays. La majorité de ceux qui ont besoin de protection n'ont aucun papier d'identité, ce qui limite leur accès au marché du travail, aux ressources financières et aux possibilités de devenir propriétaire.