Des réfugiés iraquiens retournent d'Arabie saoudite

Le 29 juillet 2003

GENEVE - Le premier convoi de réfugiés retournant en Iraq depuis la chute de l'ancien régime a quitté le camp de Rafha, en Arabie saoudite, ce soir, avec à son bord plus de 240 réfugiés, à destination de la ville de Bassorah, dans le sud de l'Iraq, au terme de plus de douze ans d'exil.

Le convoi de rapatriement, cinq bus transportant des réfugiés iraquiens, des hommes pour la plupart, longera le côté nord du désert saoudien durant la nuit, escorté par des représentants du HCR et du gouvernement saoudien. Le convoi transitera par le Koweït à la première heure mercredi et devrait arriver à Bassorah plus tard dans la matinée.

« Le convoi qui prend la route aujourd'hui marque la première étape de la fin du camp de réfugiés de Rafha, l'opportunité pour des réfugiés de longue date de pouvoir enfin retrouver leur terre natale », a déclaré M. Kamel Morjane, Haut Commissaire assistant du HCR.

Sur les quelque 5 200 réfugiés de Rafha, les derniers des plus de 33 000 personnes ayant cherché asile en Arabie saoudite à la fin de la guerre du Golfe de 1991, plus de 3 600 se sont à ce jour portés candidats au retour. Les réfugiés de Rafha ont commencé à exprimer leur désir de retrouver leur patrie en avril dernier, lors de la chute du gouvernement de Saddam Hussein. Certains avaient même manifesté, pour inciter les responsables humanitaires à organiser leur rapatriement dans les plus brefs délais.

Le convoi d'aujourd'hui a été organisé par le HCR en étroite collaboration avec les gouvernements du Koweït et de l'Arabie saoudite et l'Autorité provisoire de la coalition.

Selon le personnel humanitaire, la joie et l'enthousiasme régnaient dans le camp de Rafha aujourd'hui, tandis que les bagages des réfugiés étaient chargés à bord de cinq camions, que les Iraquiens partageaient leur dernier repas avec les autres réfugiés, et faisaient leurs adieux avant le grand départ.

« Le HCR est heureux de voir ce premier groupe de réfugiés iraquiens rentrer chez eux, mais il faudra que les retours demeurent, du moins pour le moment, à petite échelle et donc facilement gérables », a précisé M. Morjane. « Vu les problèmes de sécurité et la situation encore fragile sur le plan humanitaire en Iraq, nous ne venons en aide qu'aux réfugiés qui souhaitent rentrer immédiatement. »

Dans les mois à venir, l'agence des Nations Unies pour les réfugiés envisage de fournir une assistance au retour à de petits nombres de réfugiés qui se trouvent en Arabie saoudite et en Iran. Des convois partiront de Rafha tous les dix jours, à destination de Al Muthana, Dhi Qar, Najaf et Nasiriyah.

« Nous sommes extrêmement reconnaissants à l'Arabie Saoudite pour son accueil exceptionnel aux réfugiés iraquiens durant toutes ces années, ainsi qu'au Koweït pour sa récente contribution en faveur de nos opérations humanitaires en Iraq », a souligné M. Morjane. « Leur soutien est indispensable à la recherche de solutions pour ces réfugiés. »

Depuis le premier exode des Iraquiens vers l'Arabie saoudite en 1991, plus de 25 000 d'entre eux, venant des camps de Rafha et d'Artewiya, ont été réinstallés dans des pays tiers, tandis que 3 500 autres ont opté pour le retour en Iraq, lors de petites opérations de rapatriements. Le Koweït a récemment fait don de deux millions de dollars au HCR pour ses opérations en Iraq.

Au début du mois d'août, le HCR espère commencer à mettre en place de petits convois de rapatriement en provenance du camp d'Ashrafi, en Iran, où plus de 200 réfugiés se sont faits enregistrer pour le retour, également à destination de Bassorah et d'autres régions du sud de l'Iraq.

Le HCR dispose à présent de personnel déployé dans l'ensemble de l'Iraq. Grâce au changement de régime, l'agence est désormais en mesure d'accompagner les réfugiés qui retournent chez eux et de fournir des informations aux centaines de milliers d'Iraquiens qui attendent encore dans plusieurs pays de la région.

Jusqu'à 500 000 Iraquiens pourraient souhaiter regagner leur pays, dont un nombre significatif en 2004. L'Iran accueille la plus grande population de réfugiés iraquiens, soit plus de 204 000 personnes.