Le HCR est fortement préoccuppé par la déportation de Tibétains vers la Chine

Le 31 mai 2003

GENEVE - Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR) a exprimé aujourd'hui (samedi) sa profonde inquiétude quant au sort des 18 requérants d'asile tibétains qui viennent d'être déportés vers la Chine par les autorités népalaises. Cette action marque la décision des autorités népalaises d'ignorer les appels de dernière minute lancés par le HCR et d'autres organisations de protection des droits de l'homme. Le HCR a appris que 8 mineurs non-accompagnés, certains âgés de 13 ans, font partie du groupe.

Le HCR a décrit cette action comme une violation criante des obligations internationales du Népal.

Les 18 personnes déportées appartiennent à un groupe de 21 tibétains arrivés au Népal mi-avril. Les 3 enfants faisant partie du groupe ont été remis au HCR à qui les autorités népalaises ont cependant refusé l'accès au reste du groupe, et ce malgré les nombreuses invocations du HCR.

Suite aux signaux reçus selon lesquels le Népal considérait la déportation du groupe vers la Chine, le HCR avait envoyé vendredi une lettre urgente au bureau du Premier Ministre népalais, exhortant le Gouvernement à ne pas renvoyer les Tibétains et l'avertissant qu'un tel geste constituerait une action de refoulement interdite par la loi internationale de protection des réfugiés.

Jusqu'à présent, les autorités népalaises avaient autorisé le HCR à effectuer - en accord avec son mandat - la détermination du statut des requérants d'asile venant du Tibet, et de les réinstaller dans des pays tiers. Le refoulement de samedi représente une déviation alarmante de cet usage.