Madame Ogata dédie son prix coréen à l'éducation des réfugiés

La lauréate du prix de Séoul pour la paix en 2000, Mme Sadako Ogata, Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, a décidé de verser la totalité de son prix, d'un montant de 200 000 dollars, à un Fonds nouvellement créé en faveur de l'éducation des réfugiés. Mme Ogata, réitérant son soutien pour le Fonds, a déclaré  : « Pour les enfants réfugiés, comme pour tous les enfants au monde, l'éducation devrait être une promesse, non un rêve. » Le Fonds pour l'éducation des réfugiés été créé pour marquer le cinquantième anniversaire du HCR , le 14 décembre prochain. « Ce que nous voulons célébrer, ce n'est pas la longévité du HCR, mais le courage, la créativité et la persévérance des réfugiés », a ajouté Mme Ogata.

Le Fonds sera un organisme indépendant composé d'institutions et d'experts de renommée internationale. Il sera financé par des donations des secteurs public et privé et se concentrera sur l'éducation post-primaire des jeunes et adolescents réfugiés dans les pays en développement.

Une enquête récente réalisée à l'initiative du HCR a mis en lumière le désavantage considérable dont souffrent les jeunes réfugiés : seuls 3 % d'entre eux parviennent à suivre un enseignement secondaire, comparés à 18 % des jeunes citoyens dans les pays les moins développés. Cet écart s'accroît encore lorsque l'on prend en compte les différences de sexe ou encore au niveau des études universitaires.

Le prix a été remis à Séoul vendredi dernier à Mme Ogata. Le même jour elle a été reçue par le président sud-coréen, Kim Dae Jung. Le président Kim, lui-même un ancien réfugié, a été désigné la semaine dernière comme lauréat du prix Nobel de la paix pour l'an 2000.

Le prix de Séoul pour la paix a été créé en 1990, suite aux Jeux Olympiques de Séoul. Le Secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan, et l'ancien sénateur américain George Schultz comptent parmi les lauréats précédents de ce prix.