António Guterres termine une mission de quatre jours en Géorgie et en Fédération de Russie

Le 22 août 2008

VLADIKAVKAZ, Fédération de Russie - Le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés António Guterres termine aujourd'hui une mission de quatre jours en Géorgie et en Fédération de Russie au cours de laquelle il a notamment rencontré des personnes déracinées par la crise survenue dans la région séparatiste géorgienne d'Ossétie du Sud.

Après des discussions avec de hauts représentants des autorités géorgiennes mardi, le Haut Commissaire a rencontré mercredi à Moscou le Ministre des affaires étrangères Sergueï Lavrov. Ils ont porté leur attention sur la coopération humanitaire entre le HCR et la Fédération de Russie dans plusieurs secteurs, dont le renforcement des mécanismes conjoints de réponse d'urgence. La plupart des discussions ont été consacrées aux préoccupations humanitaires liées à la situation en Ossétie du Sud ainsi qu'à des questions de protection plus larges pour les populations civiles affectées.

« Nous avons discuté de l'accès humanitaire à la fois pour les zones situées en Géorgie même, où ont toujours lieu des mouvements militaires, et pour l'Ossétie du Sud », a dit António Guterres au sujet de son entretien avec le Ministre russe des affaires étrangères. « Nous avons aussi examiné l'assistance humanitaire et la protection en Ossétie du Nord, qui a reçu des milliers de personnes ayant fui l'Ossétie du Sud. Dans ce contexte, nous avons abordé la question du processus et des perspectives de retour volontaire. Nous sommes aussi tombés d'accord sur le principe de la nature non discriminatoire du droit au retour pour tous les civils qui ont été forcés de fuir. »

Les autorités russes estiment que plus de 30 000 personnes originaires d'Ossétie du Sud ont fui vers l'Ossétie du Nord. Quelque 128 000 personnes seraient déplacées en Géorgie.

A Moscou, le Haut Commissaire a aussi visité le nouveau centre de coordination d'urgence géré par EMERCOM, l'agence russe d'assistance d'urgence avec laquelle le HCR a un accord de coopération de longue date. Jeudi soir, à Vladikavkaz, il a rencontré Sergueï Shoigu, le Ministre de la protection civile, des situations d'urgence et de l'élimination des conséquences des catastrophes naturelles.

António Guterres a aussi rencontré le chef du Service fédéral russe des migrations (SFM), Konstantin Romodanovsky, qui l'a accompagné lors de ses visites dans des sites accueillant des réfugiés en Ossétie du Nord. Leurs discussions ont notamment porté sur une analyse détaillée des progrès substantiels accomplis récemment dans le développement du système d'asile en Russie.

Après son arrivée à Vladikavkaz, le Haut Commissaire a rencontré des réfugiés et des personnes déplacées originaires d'Ossétie du Sud, et il a fait l'éloge de la réponse rapide et efficace fournie à leurs besoins par les agences humanitaires russes, y compris EMERCOM et FMS. Des personnes déracinées, accueillies dans deux centres d'hébergement soutenus par l'église, ont fait part de leur désir unanime de rentrer en Ossétie du Sud, dès qu'elles sentiront que les conditions de sécurité le permettent.

« J'ai perçu très clairement que la grande majorité des personnes présentes ici veulent rentrer chez elles dès que possible », a indiqué António Guterres aux journalistes. « Travaillant avec des réfugiés à travers le monde, nous préférons toujours le rapatriement volontaire et nous espérons bien sûr que cela sera possible très bientôt. »

Aujourd'hui, António Guterres se rend en mission en Ossétie du Sud pour évaluer la situation humanitaire et les possibilités d'accès humanitaire, et pour se rendre compte par lui-même des conditions pour le retour des personnes déracinées par la crise. Il sera le premier haut responsable international à se rendre en Ossétie du Sud depuis l'éruption du conflit début août. Prenant note du fait que, dans les circonstances actuelles, la seule entrée possible en Ossétie du Sud se faisait depuis l'Ossétie du Nord, António Guterres a exprimé sa gratitude au Ministre des affaires étrangères Sergueï Lavrov et aux autorités russes pour la facilitation de sa mission humanitaire.

Le HCR poursuivra son assistance humanitaire qui se fonde sur une approche strictement apolitique, tout en soulignant la nature non discriminatoire de l'action humanitaire menée pour toutes les personnes qui sont affectées par le conflit, et en insistant sur le droit au retour de tous les déplacés indépendamment de leur origine ethnique, de leur religion ou de leurs opinions politiques.