Le HCR presse Malte de fournir des soins médicaux aux survivants d'un naufrage

Jeudi le 28 août 2008

GENEVE - L'agence des Nations Unies pour les réfugiés a lancé un appel pressant aux autorités maltaises afin qu'elles fournissent une assistance médicale aux huit migrants africains secourus en mer cette semaine, après que leur bateau ait fait naufrage dans la mer Méditerranée au large de Malte. Le HCR demande aussi aux Maltais d'élargir leurs recherches pour retrouver au moins 70 personnes qui sont portées disparues et pourraient avoir péri.

Mercredi, le chef du bureau du HCR à Malte s'est entretenu avec deux des huit hommes survivants, parmi lesquels se trouve un jeune garçon âgé de 15 ans. Les deux survivants ont indiqué que leur bateau avait quitté la côte libyenne jeudi dernier (le 21 août) avec 78 passagers à bord, principalement des ressortissants somaliens, érythréens et soudanais.

Lundi, ils ont fait naufrage dans une mer démontée. Huit personnes ont réussi à s'accrocher au bateau, mais le reste des passagers - y compris quatre femmes, dont trois étaient enceintes - ont été emportés et sont portés disparus. Mardi soir (le 26 août), les survivants connus ont été secourus par un bateau de pêche maltais, qui les a transférés vers un bateau de la marine maltaise. Ils sont maintenant détenus dans des centres de détention à Malte.

Le chef du bureau du HCR à Malte a trouvé les survivants en état de détresse physique et morale, après l'épreuve qu'ils ont vécue en haute mer et la détention qui s'ensuit.

L'agence des Nations Unies pour les réfugiés estime que ces personnes profondément traumatisées, parmi lesquelles pourraient se trouver des réfugiés et des demandeurs d'asile, ne devraient pas être détenues plus longtemps. Elles devraient être relâchées pour recevoir des soins médicaux et un soutien approprié, y compris une aide psychologique.

Le HCR appelle aussi les autorités maltaises à continuer la recherche des personnes portées disparues. Trois corps ont déjà été repérés par les forces armées maltaises. Si aucun autre survivant n'est retrouvé, cela constituerait l'une des plus lourdes pertes en mer impliquant des personnes tentant de rejoindre l'Europe depuis l'Afrique du Nord par voie maritime.

Le Haut Commissaire adjoint pour les réfugiés L. Craig Johnstone a indiqué avoir été choqué par ces pertes en vie humaine. « Je suis profondément attristé par cette toute dernière tragédie », a dit L. Craig Johnstone à Genève. « Ces terribles pertes en vie humaine soulignent le besoin urgent d'un effort international concerté pour répondre à des situations telles que celle-ci et offrir une protection internationale à ceux qui en ont besoin. »

Les réfugiés représentent maintenant un pourcentage significatif des personnes qui arrivent illégalement par la mer à Malte et en Italie. Environ 70 pour cent de ceux qui arrivent par la mer à Malte demandent ensuite l'asile. L'année dernière en Italie, 35 pour cent de ces arrivants ont été considérés comme ayant besoin d'une protection internationale.