Essak, Batulo Mohamed

Batulo Mohamed Essak

Née en Somalie, Batulo Mohamed Essak a fui la guerre civile et trouvé refuge en Laponie, loin des paysages ensoleillés de son pays natal. Malgré tout, elle a réussi à s'adapter et à s'intégrer à sa société d'accueil.

Fille de diplomate somalien, Batulo termine ses études secondaires en Somalie et se rend à Moscou, pour y poursuivre des études d'infirmière. Lorsque la guerre civile éclate en Somalie en 1977, elle décide de fuir en Finlande. Arrivée en bateau en 1991, Batulo Essak trouve refuge dans le camp de réfugiés de Lapinjrvi, dans le sud du pays. Elle y apprend le finnois et peut alors échanger avec la communauté locale. Ses bases de finnois l'aideront plus tard à s'intégrer à la société finlandaise, lorsqu'elle est réinstallée à Kemi, en Laponie, dans le nord du pays.

Au début, il lui est difficile de s'intégrer, et la barrière de la langue n'est qu'une de ses difficultés. Batulo Essak avait reçu une formation de sage-femme, mais son diplôme n'est pas reconnu en Finlande. Elle décide alors de recommencer des études et obtient un diplôme équivalent en 1995. De 1995 à 1998, elle travaille à la Clinique de femmes de Helsinki, là où elle avait suivi sa formation pratique.

Cependant, à la fin de son contrat, Batulo ne réussit pas à trouver d'emploi dans sa profession. Elle décide alors de mettre à profit ses connaissances linguistiques et commence à travailler en tant que traductrice freelance pour des Somaliens arrivés en Finlande, en les aidant, notamment, à formuler leurs demandes d'assistance sociale ou autres.

Batulo Essak se considère chanceuse d'avoir eu l'opportunité d'étudier en Somalie et en Russie, ce qui lui permet aujourd'hui de travailler sur un projet pédagogique à long terme pour femmes somaliennes. Elle les informe sur l'hygiène, les grossesses et l'accouchement, les soins, les maladies féminines et la santé psychologique.

Batulo Essak a aussi participé à des conférences en Finlande sur la culture somalienne. Elle travaille maintenant à temps plein comme traductrice au Centre communautaire de la région de Vantaa mais espère, un jour, recommencer à travailler comme sage-femme, le travail qu'elle aime tant.