Le HCR commence l'enregistrement de plus de 100 000 réfugiés congolais

Les employés du HCR au Congo commencent l'enregistrement des réfugiés congolais ayant fui les violences interethniques dans la province instable de l'Équateur.

Une réfugiée congolaise prépare les légumes dans le village où elle a trouvé abri au Congo.   © HCR/B.B.Diallo

BRAZZAVILLE, Congo, 18 janvier (HCR) - Le HCR a débuté vendredi l'enregistrement de plus de 100 000 réfugiés ayant fui le conflit ethnique dans la province de l'Equateur au nord-ouest de la République démocratique du Congo (RDC) et qui ont trouvé abri au Congo voisin ces trois derniers mois.

Quelque 107 000 réfugiés congolais originaires de la province de l'Equateur en RDC ont traversé la rivière Oubangui vers le département de Likouala situé au nord-est du Congo, depuis que des miliciens de l'ethnie enyele ont lancé des attaques meurtrières fin octobre sur des membres de l'ethnie munzaya concernant les droits d'agriculture et de pêche dans la région de Dongo en Equateur.

L'enregistrement des réfugiés a été lancé dans le district de Betou dans la région de Likouala, qui accueille plus de 60 pour cent des réfugiés. Les autres réfugiés sont dispersés dans le district d'Impfondo, plus au sud dans la région de Likouala. Quelque 1 000 personnes ont déjà été enregistrées.

Un porte-parole du HCR a indiqué que « l'enregistrement avait pour objectif de dénombrer et d'identifier les réfugiés. Nous procèderons également au profilage des familles de réfugiés, afin de déterminer leurs besoins spécifiques et d'adapter nos programmes d'assistance. »

Une équipe conjointe de 50 personnes - y compris des employés du HCR et des membres des autorités locales - procède à l'enregistrement des réfugiés sur une bande de territoire de 500 kilomètres longeant la rivière Oubangui.

L'opération, dont la préparation a duré plusieurs semaines, présente des défis logistiques car la majorité écrasante des réfugiés originaires de la RDC se trouve dans des zones uniquement accessibles par bateau. Le niveau des eaux recule et il ne reste plus beaucoup de temps pour que le HCR puisse achever l'enregistrement d'ici deux mois, avant que les rivières ne deviennent impropres à la navigation dès le début de la saison sèche au mois de mars.

Parallèlement, le HCR continue à fournir une assistance d'urgence aux réfugiés géographiquement dispersés. « Nous avons déjà acheminé 161 tonnes de matériel d'aide au bénéfice de quelque 50 000 réfugiés. Cette aide inclut des couvertures, des bâches en plastique pour les abris, des batteries de cuisine, des nattes de couchage et des moustiquaires, qui sont distribués en priorité aux personnes les plus vulnérables », a indiqué un porte-parole du HCR.

En République centrafricaine où quelque 18 000 réfugiés originaires de la province de l'Equateur en RDC ont trouvé la sécurité, nos équipes ont achevé l'enregistrement de ces réfugiés fin décembre et continuent à y enregistrer de nouveaux arrivants originaires de RDC affluant en nombre depuis le territoire de Libenge.

Dans la province de l'Equateur en RDC, le HCR participe à une mission interagence d'évaluation humanitaire pour identifier les besoins de quelque 90 000 déplacés internes affectés par les récentes tensions et violences ethniques.