Thaïlande: Le Japon sélectionne les premiers réfugiés du Myanmar en vue d'une réinstallation

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Andrej Mahecic – à qui toute citation peut être attribuée – lors de la conférence de presse du 2 février 2010 au Palais des Nations à Genève.

Aujourd'hui (2 février) les représentants du gouvernement japonais visitent le camp de réfugiés de Mae La dans le Nord de la Thaïlande pour commencer les interviews des réfugiés du Myanmar qui ont demandé leur réinstallation au Japon. C'est le premier pas concret pour faire du Japon le premier pays de réinstallation en Asie. Le gouvernement japonais avait annoncé en décembre 2008 qu'il accepterait 90 réfugiés du Myanmar du camp Mae La sur trois ans dans le cadre d'un projet pilote de réinstallation.

Les réfugiés qui seront interviewés cette semaine sont considérés comme prioritaires pour la réinstallation par le HCR parce qu'ils vivent dans le camp depuis longtemps, pour certains entre 10 et 20 ans, et n'ont aucune autre solution en vue. Le choix final des candidats à la réinstallation appartient entièrement au Japon.

Si tout se passe bien, la première famille devrait partir cette année au mois de septembre. 30 réfugiés devraient être réinstallés chaque année sur trois ans. Quelque 20 000 réfugiés du Myanmar vivant dans le camp de Mae La ont déjà bénéficié d'une réinstallation. Ils représentent une partie des plus de 55 000 réfugiés du Myanmar qui ont été réinstallés à partir de 9 camps situés en Thaïlande depuis que la réinstallation à grande échelle a commencé en 2005. La plupart sont partis aux Etats-Unis, en Australie et au Canada. Un plus petit nombre a rejoint huit autres pays.

Nous saluons l'ajout du Japon en tant que pays de réinstallation, non seulement pour le message fort qu'il envoie à d'autres pays asiatiques mais aussi comme un geste de partage du fardeau envers la Thaïlande pour l'aider à trouver des solutions pour les réfugiés du Myanmar qui se trouvent sur son territoire depuis plus de 25 ans.