Le HCR aide des rescapés du séisme et leurs hôtes en Haïti

Le HCR distribue des articles non alimentaires à quelque 8 000 survivants du séisme et à leurs familles d'accueil en Haïti dans une zone frontalière sous-développée et frappée par une extrême pauvreté.

Des volontaires de la Croix-Rouge haïtienne se préparent pour la distribution d'articles de secours du HCR à Fonds-Verrettes.  © UNHCR/R.Fournier

SAINT-DOMINGUE, République dominicaine, 23 février (HCR) - Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés a commencé à distribuer de l'aide aux survivants du séisme et à leurs familles d'accueil dans la région frontalière en Haïti, remettant des kits d'articles non alimentaires à quelque 8 000 personnes se trouvant dans une zone sous-développée et frappée par une extrême pauvreté.

Des agents publics locaux et des employés de la Croix-Rouge haïtienne ont commencé à distribuer l'aide du HCR samedi dans la ville de Fonds-Verrettes, où la population locale a augmenté de 10 à 15% après l'arrivée d'habitants de Port-au-Prince, ayant fui la capitale dévastée par le séisme du 12 janvier.

La plupart des personnes déplacées sont hébergées au sein de familles d'accueil dans une zone rurale comptant environ 45 000 habitants n'ayant qu'un accès restreint à l'électricité et manquant de systèmes de distribution d'eau, de routes goudronnées et d'établissements scolaires. Fonds-Verrettes est situé à environ 70 kilomètres à l'est de Port-au-Prince près de la frontière avec la République dominicaine.

Chaque famille, y compris un grand nombre de familles d'accueil, a reçu un kit d'aide comprenant une couverture, un seau, cinq savons, une lampe de poche, une casserole, cinq cuillères, des allumettes et des serviettes hygiéniques.

« Cette aide à petite échelle a pour objectif de participer à couvrir des besoins en articles non alimentaires parmi les plus basiques pour ces familles hôtes, dont les ressources déjà très limitées sont mises à rude épreuve », a expliqué Gonzalo Vargas Llosa, un porte-parole du HCR, ajoutant que le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés espérait que cela aiderait également à éviter de nouveaux déplacements.

C'était la première livraison effective de kits d'aide par la communauté internationale aux civils et aux familles d'accueil dans la région frontalière du sud du pays. Ces quatre dernières semaines, le HCR a distribué un petit volume de kits d'aide aux rescapés du séisme se trouvant dans des abris temporaires en République dominicaine. Des milliers de tentes et de toiles goudronnées ont également été fournies à l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) afin d'être distribuées en Haïti.

Environ un demi-million d'habitants de Port-au-Prince ont quitté la ville depuis le 12 janvier. Quelque 160 000 d'entre eux ont trouvé abri le long de la frontière. Filima Toussaint est l'un des milliers d'hôtes à avoir offert l'hospitalité. Six personnes vivaient dans sa maison de Fonds-Verrettes avant le séisme. Aujourd'hui, ils sont 12, y compris sa nièce de quatre ans, Marline, dont une jambe a été blessée lors de la chûte d'éléments de maçonnerie.

Via son soutien limité et temporaire, le HCR participe à couvrir certains des besoins immédiats des familles d'accueil : « Il est vital et urgent de leur apporter rapidement une aide, tout particulièrement avant le début de la saison des pluies en Haïti dans les prochaines semaines », a indiqué Gonzalo Vargas Llosa, qui s'est félicité du rôle joué par toutes les familles d'accueil.

« Ces hôtes sont des victimes plus silencieuses et invisibles de cette tragédie. En hébergeant des milliers et des milliers de proches et d'amis originaires de Port-au-Prince, ils jouent également un rôle important dans la réponse globale humanitaire. »

Parallèlement, une équipe du HCR se rend au nord de la région frontalière entre Haïti et la République dominicaine, qui se situe au milieu de l'île d'Hispaniola, pour y évaluer les besoins immédiats des familles d'accueil.