Un réfugié éthiopien devient sud-coréen

Pour la première fois depuis 1992, un réfugié a obtenu la citoyenneté sud-coréenne.

Un groupe d'Ethiopiens dans un centre du HCR au nord de la Somalie. La République de Corée a accordé la citoyenneté à un réfugié éthiopien.  © M. Deghati/UN

SEOUL, République de Corée, 24 mars (HCR) - Pour la première fois depuis 1992, date à laquelle la République de Corée est devenue signataire de la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés, un réfugié officiellement reconnu a obtenu la citoyenneté sud-coréenne. Ce nouveau citoyen est un Ethiopien âgé de 38 ans qui a fui la persécution dans son pays natal et qui est arrivé en Corée du Sud en 2001.

C'est une étape très importante en Asie, où peu de pays sont signataires de la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés. La citoyenneté étendue aux réfugiés n'existe que dans un nombre encore plus réduit de pays dans cette région.

Un porte-parole du HCR a indiqué que l'agence « était reconnaissante à la République de Corée pour son action importante concernant l'intégration locale, l'une des trois solutions durables à la disposition des réfugiés et qui est rarement utilisée en Asie. La citoyenneté est, bien entendu, la forme la plus complète de l'intégration locale. Nous serions encouragés si d'autres pays d'Asie s'inspiraient de l'exemple de la Corée du Sud. »

La Corée du Sud a reconnu son premier réfugié en 2001. Depuis que le gouvernement a commencé à recevoir des demandes d'asile en 1994, le pays a reconnu 175 réfugiés et a fourni un statut humanitaire à 93 autres personnes n'étant pas des réfugiés et ayant toutefois besoin d'une protection internationale. Entre 1994 et fin 2009, le Gouvernement sud-coréen a reçu 2 492 demandes et 321 sont toujours en attente d'une réponse.

Les Philippines ont également accordé la citoyenneté à trois réfugiés iraniens et à un réfugié palestinien depuis 2006.

Par Hye-Jeong Yoo à Séoul, République de Corée