La crise au Kirghizistan engendre 300 000 déplacés internes

La violence survenant dans le sud du Kirghizistan a forcé quelque 300 000 personnes à fuir leur maison et à chercher abri ailleurs dans le pays.

Un homme transporte du pain et se fraie un chemin parmi une foule de civils d'ethnie ouzbèke apeurés attendant de traverser la frontière entre l'Ouzbékistan et le Kirghizistan.   © REUTERS/Shamil Zhumatov

BICHKEK, Kirghizistan, 17 juin (HCR) - La violence survenant dans le sud du Kirghizistan a forcé quelque 300 000 personnes à fuir leur maison et à chercher abri ailleurs dans le pays. De plus, quelque 100 000 personnes ont fui vers l'Ouzbékistan voisin depuis le 10 juin.

Un grand nombre de civils parmi cette population déplacée sont accueillis par des proches et des communautés hôtes, mais quelque 40 000 personnes auraient besoin d'un abri. Les autorités kirghizes tentent de restaurer l'ordre public et le respect de l'Etat de droit et elles ont fait état d'un bilan de 180 personnes ayant trouvé la mort et de 1 900 blessés.

Les autorités kirghizes tentent de restaurer l'ordre public et le respect de l'Etat de droit et elles ont fait état d'un bilan de 180 personnes ayant trouvé la mort et de 1 900 blessés.

La situation à Och et dans les villages voisins paraît instable. Des affrontements sporadiques seraient survenus aux alentours de la ville de Djalal-Abad et la situation y est tendue. De nombreuses familles ont fui Och et Djalal-Abad vers Bichkek et d'autres régions, craignant de nouvelles violences.

Le HCR et d'autres agences humanitaires des Nations Unies n'ont actuellement pas accès au sud du Kirghizistan. Malgré cela, le HCR a prélevé du matériel d'aide humanitaire dans son stock pour que le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) le distribue à quelque 10 000 déplacés internes à Och.

Une évaluation de la situation sécuritaire est actuellement effectuée ce jour par les Nations Unies dans le sud du pays. Le HCR espère que cette évaluation permettra aux opérations de commencer dans certaines zones à Och.

Un pont aérien du HCR vers le Kirghizistan devrait démarrer ce week-end. Deux avions chargés de 80 tonnes de matériel de secours provenant de l'entrepôt régional d'urgence du HCR situé à Dubaï permettront d'apporter une aide humanitaire à 15 000 personnes.

Des membres de l'équipe d'intervention d'urgence sont déjà dans le pays ou en route vers le Kirghizistan. Du personnel supplémentaire est actuellement déployé pour aider à répondre à la crise humanitaire.

Parallèlement, le Gouvernement de l'Ouzbékistan fournit de l'assistance et des abris à environ 100 000 réfugiés ayant fui la spirale de violence au Kirghizistan. L'afflux s'est effectué principalement vers la province d'Andijan où quelque 80 000 personnes sont arrivées depuis vendredi dernier. Les provinces de Ferganan et Namangan accueillent respectivement quelque 8 000 et 3 500 déplacés internes.

La plupart des déplacés internes sont hébergés dans des écoles, des entrepôts et dans plusieurs centres sportifs. La population réfugiée nouvellement arrivée en Ouzbékistan a besoin d'une aide humanitaire supplémentaire, notamment d'eau potable, de vivres et d'abri.

Le pont aérien d'urgence du HCR vers l'Ouzbékistan ayant débuté mercredi continue ce jour avec de nouvelles rotations à destination de l'aéroport d'Andijan, portant ainsi le volume d'aide déjà acheminé à 160 tonnes. Deux autres vols vers Andijan sont prévus pour demain vendredi.