Les retours au Kirghizistan doivent être durables, exhorte le HCR

Après un accroissement soudain des retours dans le sud du Kirghizistan, un avertissement a été publié sur les retours devant être librement consentis et s'effectuant dans des conditions de sécurité.

Des réfugiés de retour de l'Ouzbékistan à Balti Kazyk, au Kirghizistan.  © HCR

GENÈVE, 23 juin (HCR) - Le HCR a exhorté mercredi à la prudence concernant les retours de réfugiés et d'autres personnes déplacées dans le sud du Kirghizistan, suite à des informations faisant état du retour de milliers de personnes dans leurs communautés. Certaines de ces personnes ont subi, de la part de fonctionnaires locaux, des pressions pour rentrer.

Dans une déclaration publiée à Genève, le HCR s'est félicité des efforts du Kirghizistan et de l'Ouzbékistan pour répondre aux besoins des personnes déplacées. Par ailleurs, l'agence pour les réfugiés a indiqué qu'il était essentiel que le caractère volontaire des retours soit garanti et que les personnes rentrent en toute connaissance de cause.

« Le HCR se félicite du processus de retour des réfugiés et des personnes déplacées et apprécie que la réadmission au Kirghizistan soit permise », peut-on lire dans la déclaration. « Les retours devraient s'opérer dans l'ordre ainsi que dans des conditions de sécurité et de dignité. Leur caractère volontaire doit également être garanti. Nous exhortons les autorités et les communes à s'abstenir de toute mesure menant à une demande de retour contre la volonté de réfugiés et d'autres personnes déplacées. »

Le HCR travaille avec les autorités des deux pays pour répondre aux besoins des personnes déplacées par l'éruption des violences il y a deux semaines à Och et dans les alentours de cette ville, au sud du Kirghizistan. Un nombre indéterminé de personnes ont trouvé la mort durant ces violences et environ 300 000 personnes ont été déplacées au sein du Kirghizistan. Quelque 100 000 autres ont fui de l'autre côté de la frontière en Ouzbékistan.

Le HCR a acheminé plus de 300 tonnes de matériel d'aide humanitaire dans le cadre d'un pont aérien d'urgence la semaine dernière, en travaillant avec les gouvernements concernés ainsi que des partenaires locaux dans des conditions parfois dangereuses et en établissant rapidement une présence de soutien à l'aéroport d'Och et dans la ville de Djalal-Abad.

Dans sa déclaration, le HCR a souligné l'importance pour les rapatriés d'accéder à l'aide humanitaire pour permettre une réintégration durable. « Nous lançons également un appel d'urgence sur la garantie du caractère volontaire des retours qui devraient d'abord se dérouler dans des régions accessibles aux agences humanitaires », peut-on encore lire dans la déclaration.