Un grand nombre de réfugiés de retour au Kirghizistan ont besoin d'une aide humanitaire

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR United Nations High Commissioner for Refugees (UNHCR) – à qui toute citation peut être attribuée – lors de la conférence de presse du 25 juin 2010 au Palais des Nations à Genève.

Parmi les retours massifs depuis l'Ouzbékistan vers le Kirghizistan, les employés de terrain du HCR s'entretiennent avec des groupes de réfugiés et de déplacés internes de retour près d'Och et de Djalal-Abad. Selon les autorités kirghizes, 70 000 réfugiés sont déjà rentrés. Parallèlement, des personnes déplacées rentrent également dans leur village d'origine.

A la fois des réfugiés et des déplacés nous ont fait part de leurs sentiments mitigés concernant le retour dans leur village d'origine. Malgré leur volonté de voir leur famille réunie, nombre d'entre eux sont préoccupés par leur sécurité et par le fait de rentrer dans des maisons détruites, endommagées ou pillées. Nous sommes préoccupés de voir que, dans certains cas, le caractère volontaire des retours n'est pas respecté. Le HCR est d'avis que le retour doit se faire, dans les régions concernées, de façon librement consentie, en toute connaissance de cause et en toute sécurité.

Une autre préoccupation concerne le fait que les réfugiés pourraient se retrouver dans des situations de déplacement secondaire, vu l'état de leur maison, soit détruite soit gravement endommagée. Nous voyons des personnes emménager avec leur famille dans des maisons voisines de la leur. On observe des conditions de surpeuplement et le besoin se fait ressentir d'urgence de continuer à apporter une assistance, et ce accrue.

Notre équipe à Och livre des biens de secours ce matin. Ses membres rapportent une situation généralement calme, avec un peu de trafic dans les rues et de petits marchés ouverts, avec toutefois un niveau de destruction significatif.

Actuellement, quatre nouvelles rotations acheminant du matériel humanitaire sont prévues pour atterrir ce week-end à Och. Chaque avion cargo acheminera quelque 40 tonnes de tentes, de couvertures, de bâches en plastique, de batteries de cuisine et d'autres biens de secours non alimentaires, dont le besoin se fait ressentir d'urgence.