Viet Nam : Des mesures déterminantes pour éliminer l'apatridie d'anciens réfugiés

Le HCR se félicite des efforts menés par le Viet Nam pour éliminer l'apatridie de 2 357 anciens réfugiés cambodgiens, une situation héritée du régime de Pol Pot. Nombre d'entre eux vivent au Viet Nam depuis 1975. Ils parlent tous le vietnamien et sont pleinement intégrés dans leur pays d'accueil.

Pour célébrer l'aboutissement de cinq ans de travail du HCR avec le Gouvernement du Viet Nam, 287 anciens réfugiés vivant dans deux anciens camps de réfugiés du HCR situés en banlieue de la capitale ont reçu leur certificat de nationalité lors d'une cérémonie officielle de remise, organisée vendredi dernier au Ministère de la Justice à Hô-Chi-Minh-Ville (anciennement Saïgon).

Ils ont désormais acquis tous les droits liés à la nationalité vietnamienne, matérialisée par un livret de famille, le document essentiel régissant les interactions des citoyens avec les autorités de leur pays, ainsi qu'une carte d'identité. Avec ces deux documents, les nouveaux citoyens peuvent acheter des biens, s'inscrire à l'université, bénéficier d'assurances santé et retraite ou effectuer des démarches simples - auparavant impossibles - comme posséder une moto.

A la fin de cette année, nous espérons que les autres réfugiés, au nombre de 2 070, obtiendront également la nationalité vietnamienne. Le Viet Nam a franchi un pas considérable pour éliminer et prévenir l'apatridie. L'année dernière, le Viet Nam a promulgué une loi pour combler des lacunes ayant causé l'apatridie pour des milliers de Vietnamiennes mariées puis divorcées d'hommes de nationalité étrangère. La situation a changé et la plupart de ces femmes, ainsi que leurs enfants, obtiennent désormais la nationalité vietnamienne.

Pour les ressortissants de tout pays à travers le monde, il est difficile de comprendre ce que signifie de vivre dans l'univers obscur de l'apatridie, en étant privé du droit élémentaire de la jouissance intégrale et effective des droits et des libertés fondamentales. La lutte contre l'apatridie est l'une des priorités absolues du HCR. Nous estimons que 12 millions de personnes dans le monde sont aujourd'hui apatrides.

Le Viet Nam est le pays chef de file, non seulement en Asie mais à travers le monde, dans le domaine de l'élimination et de la prévention de l'apatridie. Nous espérons qu'il servira d'exemple à d'autres pays pour répondre à ce problème et le résoudre avec succès.