Selon le HCR, la Grèce est confrontée à « une crise humanitaire » en matière d'octroi d'asile

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Adrian Edwards – à qui toute citation peut être attribuée – lors de la conférence de presse du 21 septembre 2010 au Palais des Nations à Genève.

Le HCR lance aujourd'hui un appel à la Grèce pour accélérer d'urgence la mise en oeuvre de son projet de réforme sur le système d'asile, du fait de l'absence persistante en Grèce de procédures pour la reconnaissance du statut de réfugié, un problème qui a des conséquences importantes plus largement au niveau de l'Union européenne.

Les conditions pour les demandeurs d'asile en Grèce, qui fait partie des principaux points d'entrée dans l'Union européenne, sont notoirement difficiles. La plupart des requérants d'asile ne reçoivent aucune assistance. Un grand nombre d'entre eux vivent dans la rue, y compris des femmes et des enfants. Le système de détermination du statut de réfugié ne fonctionne pas correctement et, de ce fait, les personnes ayant besoin de protection internationale ne sont pas identifiées en tant que telles. C'est une situation de crise humanitaire qui ne devrait pas exister au sein de l'Union européenne.

Le HCR salue le projet de la Grèce d'entreprendre une vaste réforme de son système d'octroi d'asile malgré les difficultés économiques actuelles. Nous exhortons également l'Union européenne à mieux venir en aide à la Grèce pour que ce pays se conforme à ses obligations internationales et européennes. En attendant la mise en place d'une procédure d'octroi d'asile en Grèce qui soit conforme aux normes internationales, le HCR réitère sa recommandation à d'autres pays européens de ne pas expulser des demandeurs d'asile vers la Grèce, conformément au règlement Dublin II.

Hier, dans une déclaration, Human Rights Watch a appelé le HCR à intervenir et à assumer la responsabilité de la détermination du statut de réfugié en Grèce à la lumière de ces lacunes. Le HCR prend note de cette recommandation et souligne toutefois que la responsabilité de l'octroi de l'asile reste à l'Etat et, qu'en tant que pays membre de l'UE, la Grèce est liée par la législation européenne pour avoir des lois et des procédures en matière de gestion des demandeurs d'asile.