Le HCR est préoccupé par le déplacement généré par les attaques de la LRA

Le HCR est vivement préoccupé par le nombre croissant des attaques menées par l'Armée de résistance du Seigneur (LRA). Durant la toute dernière embuscade survenue dimanche dans le nord de la République centrafricaine de Birao, la LRA aurait enlevé des jeunes filles et pillé des magasins réduits en cendre par la suite.

La campagne de terreur menée par la LRA contre les civils s'est intensifiée depuis septembre avec des attaques en République centrafricaine, en RDC et dans le Sud-Soudan. Dans le nord-est de la RDC, au mois six attaques et trois embuscades ont lieu ces dernières semaines, toutes dans le district du Haut-Uélé. Dans un seul village, des membres de LRA ont tué 21 personnes et engendré le déplacement de quelque 2 500 autres. Les nouvelles de ces attaques ont semé la panique dans tous les villages voisins, forçant plus de 2 000 personnes à fuir vers Dungu, le chef-lieu du district.

Dans le Sud-Soudan, la LRA a attaqué les villages de Ribodo et Nahua dans l'Etat de l'Ouest-Equatoria le 4 septembre, ayant causé la mort de huit personnes et généré le déplacement de quelque 2 600 autres.

Cette année, ce groupe rebelle ougandais a déjà mené plus de 240 attaques meurtrières. Au moins 344 personnes ont été tuées. La LRA vise le plus souvent des communautés parmi les plus vulnérables et isolées. Ce groupe commet aveuglément des tueries, des enlèvements, des viols, des mutilations, des pillages et des destructions dans les villages. L'insécurité et l'insuffisance d'infrastructures entravent l'évaluation des besoins et l'aide aux communautés affectées, dont de nombreux membres sont traumatisés et ont peur de rentrer ensuite dans leurs fermes pour cultiver leurs terres. Cela signifie que ces personnes continueront à dépendre d'une aide extérieure dans un avenir proche.

Depuis décembre 2008, la LRA a assassiné 2 000 personnes, enlevé quelque 2 600 autres et forcé au déplacement de plus de 400 000 personnes. Environ 268 000 personnes restent déplacées dans la Province orientale à l'est de la RDC, plus de 120 000 dans l'Ouest-Equatoria au Sud-Soudan et 15 000 dans le sud de la République centrafricaine. On compte également plus de 24 000 civils ayant été forcés à l'exil.

Le HCR vient en aide aux personnes déracinées en leur fournissant des abris d'urgence et en leur assurant des soins de santé ainsi qu'un soutien psycho-social. Nous leur apportons également - ainsi qu'à leurs communautés hôtes - de l'eau potable et nous installons des systèmes d'assainissement.