Le HCR exhorte l'UE à s'engager aux côtés de la Grèce afin de soutenir l'asile

La Commission européenne a annoncé hier (mercredi) que le Gouvernement grec a demandé le déploiement des « équipes frontalières d'intervention rapide » de FRONTEX, l'Agence européenne de surveillance des frontières extérieures, pour assister à la surveillance des frontières terrestres entre la Turquie et la Grèce.

Le HCR comprend la situation difficile à laquelle est confrontée la Grèce. La frontière terrestre entre la Grèce et la Turquie est devenue le point d'entrée principal vers l'EU pour les migrants irréguliers et les demandeurs d'asile. De source gouvernementale grecque, plusieurs centaines de personnes traversent désormais chaque mois cette frontière. Concernant la traversée de la rivière Evros, nous avons eu connaissance de quarante-quatre noyades cette année, alors que leur nombre réel serait supérieur. Une nouvelle disparition a été déclarée la semaine dernière.

Parmi les personnes réussissant à traverser, certaines sont expulsées vers la Turquie en vertu d'un accord entre la Turquie et la Grèce. La situation humanitaire est critique du côté grec de la frontière, avec un grand nombre de personnes détenues dans des conditions extrêmement difficiles, ainsi que l'a récemment souligné le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture, Manfred Nowak, après une visite dans cette région. Des logements, des soins médicaux et une aide psycho-sociale sont nécessaires pour améliorer cette situation.

Tout en reconnaissant l'impératif de contrôle de la frontière extérieure de l'UE, le HCR appelle à ne pas négliger les besoins en matière d'asile. Le HCR exhorte les équipes FRONTEX à assurer que toute personne recherchant une protection internationale soit identifiée et signalée aux autorités compétentes. Cette question représente un défi particulier en Grèce, alors que le système d'asile ne fonctionne pas correctement. L'accès aux procédures est au mieux difficile et, selon des observations directes du HCR, la procédure elle-même ne parvient pas à identifier des personnes ayant des besoins en matière de protection. Pour ces raisons, le HCR travaille étroitement avec les autorités grecques et avec des partenaires européens sur la réforme proposée pour le système d'asile. Le HCR se félicite de l'intention du Gouvernement grec de réformer sa procédure d'asile. Cependant, cette réforme n'est pas encore mise en oeuvre.

Le HCR demande instamment à l'Union européenne et à ses Etats membres de se montrer solidaires avec la Grèce en intensifiant leurs efforts pour aider le gouvernement à normaliser son système d'asile. Parallèlement, le HCR continue à appeler d'autres Gouvernements européens à cesser les expulsions de demandeurs d'asile vers la Grèce en application du règlement Dublin II.