Le HCR est préoccupé par les expulsions prévues depuis la Suède vers l'Iraq

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Melissa Fleming – à qui toute citation peut être attribuée – lors de la conférence de presse du 18 janvier 2011 au Palais des Nations à Genève.

Le HCR est vivement préoccupé par des informations selon lesquelles la Suède s'apprête à expulser quelque 25 Iraquiens vers Bagdad demain, mercredi 19 janvier. Selon ces informations, certaines parmi les personnes qui vont être expulsées appartiennent à des groupes ethniques et religieux ciblés par la violence en Iraq. Avec d'autres personnes dont l'expulsion est également prévue, ces personnes apparaissent comme ayant des profils qui justifieraient la protection dans le cadre de la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés ou de la directive Qualification de l'Union européenne.

Nous sommes troublés par le fait que nos recommandations aux gouvernements, y compris la situation des minorités en Iraq, ne sont pas suffisamment prises en compte par la Suède, d'après l'examen des décisions négatives qui ont été prises en 2008 et 2009. Nous estimons que la récente détérioration dans la situation des minorités en Iraq n'est pas suffisamment prise en compte.

Le HCR a fréquemment appelé les Etats à assurer que les demandeurs d'asile originaires des gouvernorats de Bagdad, Diyala, Ninewa et Salah-al-Din, au centre de l'Iraq, ainsi que de la province de Kirkouk, bénéficient de la protection internationale sous la forme du statut de réfugié dans le cadre de la Convention de 1951 relative au statut de réfugié ou sous une autre forme de protection en fonction des circonstances propres à chaque cas. Nous comprenons qu'un grand nombre des personnes qui seront expulsées mercredi sont originaires de ces régions.

Notre position fait référence à la situation sécuritaire instable et au niveau toujours élevé de la violence prévalant actuellement, aux incidents sécuritaires et aux violations des droits humains se déroulant dans ces régions de l'Iraq. Le HCR considère que des menaces sérieuses et non ciblées contre la vie, l'intégrité physique ou la liberté du fait de la violence généralisée ou d'événements troublant gravement l'ordre public sont des raisons valables pour une protection internationale.

Les bureaux du HCR en Syrie, en Jordanie et en Turquie ont récemment enregistré de nombreux réfugiés iraquiens ayant quitté l'Iraq après avoir été expulsés depuis des pays européens. Un Chrétien a de nouveau fui l'Iraq après avoir échappé de peu à une attaque contre une église de Bagdad en octobre 2010, peu après avoir été expulsé depuis la Suède. Nous nous félicitons de la décision de la Suède qui accepte désormais de le réadmettre sur son territoire.