Le HCR aide l'Italie à gérer l'afflux par la mer de milliers de Tunisiens

Le HCR aide l'Italie à gérer l'afflux spectaculaire de plusieurs milliers de Tunisiens qui ont débarqué sur l'île de Lampedusa et dans le sud de l'Italie.

Des Tunisiens nouvellement arrivés à Lampedusa attendent sur une jetée d'être transportés vers un centre de premier accueil.   © Ciro Fusco/ANSA

GENEVE, 15 février (HCR) - Le personnel du HCR travaille en collaboration avec les autorités italiennes et d'autres partenaires pour gérer le récent afflux de Tunisiens qui ont débarqué sur l'île italienne de Lampedusa et dans plusieurs localités du sud de l'Italie depuis le mois dernier.

Selon le Gouvernement italien, plus de 5 200 personnes ont rejoint l'Italie depuis la mi-janvier, dont une vaste majorité (4 400) sont arrivées ces derniers jours. La plupart des arrivants sont des hommes jeunes. Cependant le HCR a également été informé de l'arrivée d'au moins 20 femmes et de plus de 200 mineurs, en majorité non accompagnés.

Le HCR et ses partenaires, l'Organisation internationale pour les migrations et Save the Children, sont à Lampedusa et dans plusieurs localités du sud de l'Italie pour gérer avec les autorités locales le récent afflux de Tunisiens et ce que le Gouvernement italien qualifie d'état d'urgence humanitaire.

« Nous nous félicitons de l'approche déjà adoptée par tous les intervenants sur la présence éventuelle de demandeurs d'asile parmi ce groupe migratoire mixte », a indiqué Melissa Fleming, porte-parole du HCR, aux journalistes à Genève mardi.

« Selon des entretiens menés avec de nouveaux arrivants, il apparaît que la plupart viennent en quête d'un emploi, alors que d'autres citent la crainte de violence et d'un effondrement de l'ordre public dans leur région d'origine », a-t-elle ajouté.

Le HCR est préoccupé par l'intervention de passeurs en Tunisie qui exploitent la jeunesse en lui promettant une vie meilleure en Europe. Malgré la courte distance entre la Tunisie et l'île de Lampedusa, la haute mer et les mauvaises conditions météorologiques peuvent être dangereuses. La plupart des nouveaux arrivants sont en bonne santé, mais certains sont arrivés trempés et épuisés. Selon des informations non confirmées, quatre personnes au moins se seraient noyées.

L'arrivée d'une population importante sur une courte période a exercé une forte pression sur la petite île italienne de Lampedusa. Un centre de premier accueil, d'une capacité de 800 personnes, héberge actuellement plus de 2 000 personnes.

« Suite à plusieurs transferts par avion visant à décongestionner Lampedusa, d'autres centres de réception en Italie ont également atteint leur capacité maximale », a indiqué Melissa Fleming du HCR avant d'ajouter : « Nous nous félicitons des efforts du Gouvernement italien visant à fournir un hébergement et une assistance aux nouveaux arrivants et nous espérons qu'une solution sera trouvée rapidement pour alléger le fardeau à Lampedusa. »

Le Gouvernement italien a fait part de sa détermination à assurer l'accès aux procédures de demande d'asile pour les personnes en quête de protection internationale. Le HCR se félicite de cet engagement et appelle à la solidarité avec l'Italie qui est confrontée à ce nouveau chapitre de la migration mixte. Le HCR espère que les dispositifs de contrôle de la migration irrégulière continueront à assurer l'accès aux procédures d'asile pour les personnes en quête de protection.