Plus de 50 réfugiés somaliens périssent après un naufrage dans le golfe d'Aden

Le HCR est « horrifié » par les informations faisant état de plus de 50 réfugiés somaliens ayant péri en mer après le naufrage d'un bateau de passeurs dans le golfe d'Aden.

Ces personnes attendent d'embarquer dans un bateau de passeurs pour traverser le golfe d'Aden. Un grand nombre de personnes ayant entamé cette traversée sont portées disparues.   © Alixandra Fazzina

GENÈVE, 24 février (HCR) - Le HCR a indiqué jeudi être « horrifié » par l'information faisant état cette semaine d'une nouvelle tragédie meurtrière dans le golfe d'Aden durant laquelle plus de 50 Somaliens se seraient noyés après le naufrage d'un bateau de passeurs.

Parmi les personnes portées disparues, 54 étaient des réfugiés somaliens, dont six enfants, et trois autres, des passeurs. Le HCR indique dans un communiqué de presse que cette tragédie a eu lieu dimanche et qu'il n'y a eu qu'un seul survivant.

« Selon nos informations, il s'agit à ce jour du bilan le plus lourd dans le golfe d'Aden entre la Somalie et le Yémen depuis un précédent épisode meurtrier survenu en janvier 2008 », peut-on lire dans un communiqué de presse publié par le HCR. Les passeurs avaient alors forcé 135 personnes à sauter par-dessus bord en pleine mer, ce qui avait causé le naufrage du bateau. 114 personnes avaient alors péri.

« Nous sommes horrifiés par cette toute dernière tragédie qui s'ajoute aux terribles souffrances endurées par le peuple somalien », a indiqué le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Antonio Guterres. « Le golfe d'Aden demeure l'un des itinéraires les plus meurtriers pour les personnes fuyant la combinaison meurtrière de situations de conflit, de violence généralisée et de violations massives des droits humains dans la corne de l'Afrique. »

L'unique survivant, âgé de 42 ans, a nagé durant 23 heures après le naufrage du bateau de passeurs avant d'atteindre la côte yéménite près de la ville portuaire de Bir Ali, à environ 400 kilomètres à l'est d'Aden. Mercredi, 23 corps avaient été retrouvés dans le cadre des recherches menées par la marine yéménite. Aucun autre survivant n'a été retrouvé.

Ce survivant avait fui Mogadiscio avec sa femme et ses trois enfants et a expliqué que le bateau avait commencé à prendre l'eau après avoir été frappé plusieurs fois par des déferlantes. Puis il a fait naufrage. Seulement neuf hommes, y compris les trois passeurs, étaient encore vivants à ce moment-là, ils avaient trouvé appui sur de petits jerrycans en plastique. Le survivant ne sait pas ce qu'il est advenu de ces personnes.

Le survivant a finalement été secouru par le partenaire local du HCR, Society for Humanitarian Solidarity (SHS). L'homme a expliqué au HCR que sa famille et les autres passagers avaient embarqué dans un petit bateau bi-moteur près de Bossasso dans le nord de la Somalie vendredi après-midi. En moyenne, la traversée du golfe d'Aden dure trois jours.

Quelque 89 personnes, y compris les victimes de cette toute dernière tragédie, sont portées disparues dans le golfe d'Aden entre la Somalie et le Yémen depuis le début de cette année. Tous les Somaliens atteignant le Yémen après la traversée clandestine sont reconnus en tant que réfugiés.