Le HCR appelle à agir pour améliorer la situation humanitaire à Lampedusa

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Adrian Edwards – à qui toute citation peut être attribuée – lors de la conférence de presse du 22 mars 2011 au Palais des Nations à Genève.

Le HCR appelle les autorités italiennes à agir d'urgence pour réduire le surpeuplement sur l'île de Lampedusa. La situation humanitaire se dégrade pour les 5 000 migrants, pour la plupart des Tunisiens, qui se trouvent dans cette île italienne isolée.

La proportion des migrants par rapport à la population locale atteint désormais un migrant pour un habitant. Le surpeuplement cause des tensions au sein de la population locale et parmi les migrants. La population locale vit cette situation avec une nervosité compréhensible. Nous exhortons les autorités italiennes à augmenter le nombre de transferts depuis l'île vers le continent pour réduire le surpeuplement sur Lampedusa et pour permettre au centre de réception de l'île de fonctionner normalement.

Le centre de réception de l'île de Lampedusa, dont la capacité initiale d'accueil est de 850 personnes, accueille actuellement quelque 2 000 personnes. Environ 3 000 personnes sont sans abri et dorment dans la rue ou dans les installations portuaires. Malgré les efforts courageux des travailleurs humanitaires locaux, un grand nombre des arrivants sur l'île ne trouvent pas d'abri contre la pluie et les températures froides. Les conditions d'hygiène sont alarmantes.

La vaste majorité des migrants à Lampedusa a quitté la Tunisie du fait des difficultés économiques. Seul un petit nombre d'entre eux ont fait part de leur intention de déposer une demande d'asile. La plupart sont en quête d'opportunités d'emploi.

Au vu du développement rapide de la crise en Afrique du Nord, le HCR en appelle à la solidarité européenne avec l'Italie qui est confrontée à ce nouveau défi. Il est essentiel que la situation à Lampedusa n'empêche pas l'Italie de se préparer à accueillir d'éventuels arrivants fuyant la situation en Libye, qui pourraient avoir des besoins en matière de protection internationale. Dans ce contexte, le HCR reste confiant sur le fait que les mécanismes visant à contrôler la migration irrégulière assureront toutefois l'accès au territoire pour les personnes ayant besoin de déposer une demande d'asile.

Plus de 15 000 migrants tunisiens sont arrivés à Lampedusa depuis la mi-janvier. Environ les deux tiers d'entre eux ont été transférés vers d'autres destinations en Italie.