Angelina Jolie et le chef du HCR auprès des boat people à Lampedusa

L'Ambassadrice de bonne volonté Angelina Jolie rejoint le chef du HCR à Lampedusa en Italie pour rencontrer des boat people arrivés d'Afrique du Nord.

Le chef du HCR António Guterres et l'Ambassadrice de bonne volonté Angelina Jolie s'entretiennent avec des demandeurs d'asile sur l'île italienne de Lampedusa.  © HCR / J Tanner

ILE DE LAMPEDUSA, Italie, 19 juin (HCR) - L'Ambassadrice de bonne volonté Angelina Jolie et le chef du HCR António Guterres ont rencontré des boat people, y compris des mineurs non accompagnés, sur la petite île italienne de Lampedusa dimanche. Ils ont également rendu hommage aux personnes disparues durant une tentative de traversée vers Lampedusa depuis l'Afrique.

Angelina Jolie et António Guterres se sont rendus à la Porta d'Europa - un monument de pierres situé en front de mer où des centaines de bateaux sont arrivés depuis l'Afrique du Nord avec des migrants à leur bord, y compris des réfugiés et des demandeurs d'asile. Plus de 40 000 personnes ont risqué leur vie depuis le début de cette année pour traverser la Méditerranée à bord de bateaux bondés pour rejoindre Lampedusa. Quelque 1 500 personnes ont perdu la vie durant cette traversée.

António Guterres a appelé les pays européens à accepter les personnes qui arrivent depuis l'Afrique et tout spécialement celles qui fuient la violence en Libye. « En cette période où nous avons tant de conflits aux portes de l'Europe, le plus important qu'un pays puisse faire, c'est de garder ses frontières ouvertes », a-t-il affirmé, en faisant nommément référence à l'Italie.

Le Haut Commissaire a souligné qu'environ 18 000 personnes, y compris des réfugiés, avait déjà rejoint Lampedusa par bateau depuis la Libye à ce jour. Il a ajouté que ce chiffre représente seulement deux pour cent des personnes qui avaient quitté la Libye depuis l'éruption du conflit en février dernier.

Angelina Jolie, qui avait rencontré en début de journée des demandeurs d'asile dans deux lieux différents à Malte, a fait part de son émotion de se retrouver à la Porta d'Europa. « C'était très émouvant d'être là avec le maire, le prêtre et des habitants de Lampedusa à cet endroit, pour une minute de silence alors qu'une couronne de fleurs a été déposée sur l'épave d'un bateau à bord duquel trois migrants avaient perdu la vie.

« Lorsque je pense à ces personnes, à leur famille, je tente d'imaginer leur passé - par exemple une mère avec ses enfants - et ce qui les a poussées à entreprendre ce voyage. Quelle vie a-t-elle eue, qu'a-t-elle enduré pour devoir à tout prix s'embarquer à bord d'un bateau bondé et impropre à la navigation », a indiqué Angelina Jolie.

« Quelle vie a-t-elle eu pour que la meilleure alternative soit de risquer la noyade ou l'asphyxie… avec pour seul résultat d'arriver dans un nouveau pays d'où elle pourrait être expulsée, renvoyée en mer », a-t-elle indiqué, ajoutant : « Très peu d'entre nous aujourd'hui peuvent à peine comprendre son existence douloureuse. »

L'actrice primée aux oscars et António Guterres ont également tous deux remercié les gardes-côtes italiens d'avoir secouru tant de personnes qui se trouvaient à bord d'embarcations submergées. Angelina Jolie avait, vendredi à La Vallette, elle aussi rendu hommage aux gardes-côtes de Malte pour avoir « secouru des milliers de vies humaines depuis tant d'années » et exhorté qu'ils reçoivent un appui de la communauté internationale pour gérer l'afflux des migrants par la mer.

Les deux personnalités se sont également rendues dans des centres de réceptions à Lampedusa et elles ont rencontré des mineurs non accompagnés ainsi que des nouveaux arrivants. Les autorités italiennes ont transféré la plupart des boat people vers l'Italie continentale, mais d'autres ont été expulsés vers la Tunisie. La plupart des arrivants sont des migrants économiques originaires de Tunisie. D'autres ont besoin de protection internationale, y compris des réfugiés d'Afrique sub-saharienne et de Libye.

António Guterres a indiqué qu'il était important que les arrivants soient transférés depuis les centres d'accueil surpeuplés de Lampedusa dès que possible. Il a également noté que, parmi les arrivants en Italie, « il y a des personnes qui deviennent réfugiés pour la seconde fois. »

Parallèlement, il a évoqué son désaccord sur des propositions selon lesquelles l'Italie pourrait reprendre une politique d'expulsion vers l'Afrique des bateaux transportant des migrants. « Ma position est claire, il n'est pas possible de renvoyer de force des personnes vers une situation de guerre civile. »

Avant de rejoindre le Haut Commissaire du HCR, Angelina Jolie se trouvait à Malte, qui est également une destination pour les personnes qui fuient l'Afrique du Nord par bateau. Elle s'est rendue à Lyster Barracks, une ancienne installation de la Royal Air Force et désormais un centre de rétention pour demandeurs d'asile, dont beaucoup ont fui la violence en Libye. Parmi eux, se trouvent des Somaliens, des Ethiopiens et des ressortissants d'autres pays de l'Afrique sub-saharienne.

« Malte a sauvé de nombreuses vies humaines, mais les conditions d'hébergement des arrivants y sont des plus préoccupantes », a indiqué Angelina Jolie à Malte dimanche matin. « Nous nous sommes entretenus aujourd'hui avec des représentants des autorités maltaises et nous reprendrons nos discussions sur la façon dont, ensemble, nous pouvons améliorer les conditions de vie dans ces lieux d'accueil, tout spécialement pour les enfants.

« Nous avons discuté de nos préoccupations communes pour assurer que les demandes d'asile sont examinées aussi rapidement que possible afin que personne ne soit confronté à des conditions de type carcérales en attendant une décision sur son statut de réfugié », a-t-elle ajouté.

Un grand nombre des personnes qu'Angelina Jolie a rencontrées au milieu de conteneurs lui ont expliqué qu'elles travaillaient en Libye pour envoyer de l'argent à leurs familles restées au pays. Un homme a parlé de la Libye comme étant le coeur de l'Afrique, où on pouvait trouver du travail. « Maintenant le pays est en feu et l'Afrique pleure », a-t-il affirmé.

Les arrivants ont expliqué qu'auparavant, ils n'avaient jamais tenté de venir en Europe, ils recherchaient juste un lieu sûr où trouver du travail. Toutefois, avec l'escalade du conflit en Libye, ils n'ont pas eu d'autre alternative. « Ces personnes ne demandent pas à aller dans un pays en particulier, elles veulent juste trouver la sécurité pour travailler et être libres », a souligné Angelina Jolie.

L'Ambassadrice de bonne volonté du HCR s'est également rendue dans un centre de rétention ouvert localisé près du principal aéroport de Malte où vivent des demandeurs d'asile vulnérables, dans des tentes à l'intérieur d'un ancien hangar autrefois réservé aux avions. Les personnes qu'elle y a rencontrées lui ont fait part de leurs conditions de vie difficiles.

Par Ariane Rummery et Melissa Fleming
sur l'île de Lampedusa, Italie