Reprise du rapatriement des Congolais alors que le statut de réfugié va prendre fin au Gabon

Au Gabon, nous travaillons avec le gouvernement afin de trouver des solutions pour les derniers réfugiés congolais restant dans le pays avant que leur statut de réfugié ne prenne fin dimanche.

La clause de cessation s'appliquera à quelque 9 500 réfugiés et demandeurs d'asile congolais vivant aujourd'hui au Gabon. Ils font partie de près de 20 000 personnes qui avaient fui la guerre civile au Congo entre 1997 et 2003, et qui avaient cherché asile au Gabon voisin. Environ la moitié d'entre eux sont rentrés dans leur pays les années suivantes.

En janvier 2011, le Gouvernement du Gabon a annoncé son projet de déclarer la fin du statut de réfugié pour les ressortissants congolais se trouvant sur son territoire. Les autorités considèrent que ces réfugiés peuvent désormais rentrer en sécurité dans leur pays natal et les ont appelés au retour. Il avait alors été possible, pour les personnes souhaitant rester au Gabon, de demander des permis de résidence selon les dispositions et les conditions énoncées dans la loi gabonaise. Les personnes qui ont pu obtenir ces permis resteraient au Gabon en tant que migrants légaux et ne seraient plus des réfugiés.

Environ 450 réfugiés ont demandé le rapatriement durant les dix derniers jours. Davantage se sont fait connaître alors que des équipes mobiles composées de membres du personnel du HCR, de la Commission nationale pour les réfugiés et de la Croix-Rouge gabonaise vient vers eux à travers le Gabon pour enregistrer leur choix et leur porter assistance en fonction de ce qu'ils ont choisi.

Un convoi de retour part ce jour, et trois autres vont suivre vendredi prochain. La semaine dernière, 51 réfugiés sont rentrés depuis le sud du Gabon et ont été accueillis au point de passage frontière par des membres du personnel du HCR. Nous avons établi une présence dans les zones de retour à Dolisie et à Pointe-Noire au Congo pour mieux suivre les conditions de retour et aider les rapatriés à la réintégration dans leur village d'origine.

A ce jour, plus de 1 000 réfugiés congolais ont demandé le permis de résidence pour rester au Gabon et 217 d'entre eux se sont vus accorder cette carte à Libreville, la capitale, où la Direction générale de la documentation et de l'immigration (DGDI) délivre une moyenne de 40 cartes par jour. Des équipes mobiles pour l'immigration en délivrent par ailleurs 60 autres par jour dans le reste du pays. Le HCR aide les réfugiés à recevoir un permis de résidence en payant la taxe administrative de 150 000 CFA (300 dollars) à acquitter par réfugié.

Le HCR se félicite des mesures prises par les autorités gabonaises pour informer les fonctionnaires de l'immigration sur les nouvelles procédures, et particulièrement sur leurs assurances qu'il n'y aurait aucune arrestation après la prise d'effet de la clause de cessation le 31 juillet. Ces mesures permettront aux réfugiés, après cette date, de continuer à demander un permis de résidence, de faire valoir une dispense de l'application de la clause de cessation ou de demander le rapatriement. Nous travaillons très étroitement avec les autorités gabonaises pour mettre en oeuvre ces procédures de transition.

La dernière clause de cessation avait été déclarée en Afrique le 31 décembre 2008 pour les réfugiés sierra-léonais. Ils étaient rentrés massivement après le regain de stabilité dans leur pays après 11 ans d'une très violente guerre civile.

Pour de plus amples informations à ce sujet, veuillez svp contacter :

  • A Genève : Fatoumata Lejeune-Kaba, portable +41 79 249 3483

  • En mission au Gabon : Céline Schmitt, portable + 241 04 15 42 17 ou + 243 81 700 94 84