Les enfants, premières victimes de la crise de réfugiés somaliens

Selon les données de profilage les plus récentes recueillies par le HCR en Ethiopie, les enfants somaliens sont les plus grandes victimes de la crise de réfugiés dans la Corne de l'Afrique. L'analyse démographique la plus récente de l'afflux somalien en Ethiopie indique que les enfants âgés de moins de 18 ans constituent le plus grand groupe d'âge parmi les réfugiés. Globalement, ils représentent près de 80% des 121 000 réfugiés hébergés dans quatre camps situés dans la région de Dollo Ado, au sud-est de l'Ethiopie.

La situation est la plus extrême dans le camp de Kobe, où les enfants représentent 88,6% de la population du camp qui dépasse 25 000 personnes. La plupart des familles sont des foyers tenus par des femmes comprenant un grand nombre d'enfants, y compris des jeunes proches ou des orphelins.

Nous restons préoccupés par les taux de mortalité élevés liés à une malnutrition aigüe sévère et aux maladies. Le nombre d'enfants séparés ou non accompagnés est également inquiétant. Selon les premières estimations, ce nombre pourrait atteindre 2 500 enfants dans les quatre camps. Nous effectuons un examen de dépistage cette semaine dans les camps de réfugiés à Dollo Ado pour mieux cerner l'ampleur du problème et déterminer les mesures à prendre dans l'intérêt supérieur de ces enfants. Beaucoup de femmes réfugiées indiquent à nos équipes en Ethiopie qu'il n'est pas sûr pour les hommes somaliens de voyager. Ils craignent le recrutement forcé par des groupes armés et des milices locales. Il est fréquent que les hommes restent en Somalie pour protéger les quelques biens de la famille ou s'occuper des personnes trop malades pour voyager et garder le bétail qui reste. Certaines familles n'ont tout simplement pas les moyens de payer le voyage pour tous leurs membres ensemble et les femmes et les enfants sont donc souvent envoyés en premier. Nos collaborateurs ont toutefois observé qu'au cours des dernières semaines davantage d'hommes seuls arrivaient de Somalie pour rejoindre leur famille.

Pendant ce temps, en Somalie, le HCR complète les distributions de nourriture fournies par d'autres organisations dans les zones du sud touchées par la famine. Nous nous préparons à distribuer 7 500 kits d'assistance d'urgence (composés de bâches en plastique, matelas, couvertures, jerrycans et ustensiles de cuisine) à près de 50 000 personnes dans la région de Bay, où la famine vient juste d'être déclarée. 70 000 autres personnes doivent être aidées dans le Lower Shabelle, également touché par la famine. Plus de 50 000 personnes bénéficieront de distributions à Mogadiscio et 30 000 dans les régions frontalières de Gedo et de Lower Juba. Dans l'ensemble, à la fin août, le HCR était venu en aide à presque 220 000 personnes et il a pour objectif d'atteindre encore 180 000 personnes d'ici fin septembre. Selon Bruno Geddo, Représentant du HCR en Somalie, il est impératif de renforcer dès que possible les distributions massives d'aide aux personnes dans le besoin à l'intérieur de la Somalie si nous voulons maintenir la récente tendance à la baisse des flux vers l'Ethiopie et le Kenya. Ce dernier vient de rentrer de Dollow, à la frontière entre la Somalie et l'Ethiopie, et de Mogadiscio et il affirme que les déplacés internes somaliens avec lesquels il s'est entretenu continuent d'exprimer le désir de rester dans leur pays plutôt que de franchir une frontière internationale pour trouver une assistance.