Le HCR intensifie les opérations en Somalie

À la suite d'estimations selon lesquelles la sécurité s'est un peu améliorée dans certaines parties de la Somalie, le HCR renforce sa présence dans les régions frontalières de la Somalie et à Mogadiscio. Hier, une équipe du HCR a entrepris une mission à Liboi (Kenya) et à Dobley (Juba inférieur), qui sont les principaux points de transit vers les camps de réfugiés de Dadaab, afin de finaliser les dispositions concernant des bureaux et des logements à Dobley.

Les locaux seront également mis à la disposition des autres organismes des Nations Unies et des ONG internationales, comme cela se fait déjà dans d'autres bureaux du HCR sur le terrain, ailleurs en Somalie. Des dispositions similaires ont été prises à Dollow (région de Gedo) et à Mogadiscio, où le HCR sécurise également des locaux. Actuellement, nous avons déployé du personnel à Dollow et Dobley et du personnel national et international dans la capitale Mogadiscio.

La mission à Dobley, située à environ 20 kilomètres de la frontière somalo-kenyane, a été menée par le nouveau Coordinateur de l'aide d'urgence en Somalie du HCR pour les régions de Gedo et de Juba. Notre équipe a rencontré les autorités locales, qui ont indiqué les besoins prioritaires, à savoir la nourriture, l'eau et l'aide médicale. Elles ont également identifié trois groupes dont les besoins en matière d'aide sont particuliers: les personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays (IDPs) à partir du sud de la Somalie (les régions de Mogadiscio, Kismayo, Bay et Bakool), les fermiers déplacés à partir des zones situées autour de Dobley, et les familles vulnérables parmi les 3 500 familles de Dobley.

Plusieurs organismes d'aide apportent leur assistance à Dobley, en distribuant des aliments cuits, des rations sèches et des bons d'achat et en apportant une aide médicale limitée. Mais les besoins sont grands et la réponse humanitaire doit s'intensifier. Le HCR participera à la coordination des activités humanitaires au cours des prochaines semaines alors que le personnel des autres organisations des Nations Unies arrive en ville.

Les partenaires du HCR qui suivent les mouvements de population en Somalie indiquent que jusqu'à 65 familles font le voyage de Dobley à Liboi chaque jour pour se rendre dans les camps de Dadaab. Beaucoup utilisent également d'autres routes passant par Diif et Degelema du côté somalien et par Dhadag Bulla au Kenya. Un grand nombre de IDPs à Diif et Degelema ont besoin d'aide.

Notre mission a rencontré les organismes locaux et internationaux et les ONG à Dobley qui ont confirmé qu'au cours des dernières semaines, plus de 1 200 personnes ont franchi la frontière avec le Kenya chaque jour. Les arrivants les plus récents à Dobley, qui viennent principalement de villes situées dans la région du Juba inférieur et moyen, ont exprimé le désir de rentrer chez eux, à condition qu'ils puissent recevoir de l'aide à Dobley. Un grand nombre de familles locales accueillent les nouveaux arrivants -- dans certains cas il y a six ou sept familles par maison. Les ressources limitées de ces familles d'accueil sont maintenant mises à rude épreuve, ce qui souligne la nécessité d'une réponse humanitaire massive et rapide dans les zones frontalières.

Pendant ce temps, des douzaines de nouveaux arrivants somaliens ont été aperçus dans la ville frontalière kenyane de Liboi, où ils attendaient d'être transportés vers les camps de réfugiés de Dadaab à environ 80 kilomètres de là.

Nous estimons que plus de 917 000 Somaliens sont maintenant réfugiés dans les quatre pays voisins : Kenya, Éthiopie, Djibouti et Yémen. Environ un Somalien sur trois a été contraint de fuir cette année. En tout, plus de 1,4 million de Somaliens sont déplacés dans le pays. Selon les estimations, les personnes déplacées représentent maintenant un tiers de la population somalienne qui compte 7,5 millions de personnes.