Le HCR se félicite des efforts régionaux visant à mettre un terme à la situation prolongée des réfugiés dans les Balkans occidentaux

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Adrian Edwards – à qui toute citation peut être attribuée – lors de la conférence de presse du 8 novembre 2011 au Palais des Nations à Genève.

Hier, à Belgrade, les ministres des affaires étrangères de Bosnie-Herzégovine, du Monténégro, de Croatie et de Serbie ont signé une déclaration commune visant à accélérer la recherche de solutions pour les 74 000 réfugiés encore présents à l'issue de la crise de 1991-1995 dans cette partie de l'Europe.

Le HCR se réjouit de cette déclaration. Elle constitue l'aboutissement d'intenses efforts des quatre pays et représente un engagement ferme de la part de leurs gouvernements respectifs à coopérer au niveau régional et national pour remédier à un problème persistant dans cette partie de l'Europe. Les déplacements dans les Balkans occidentaux représentent l'une des cinq situations prolongées de réfugiés prioritaires dans le monde pour le HCR. Le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, António Guterres, a assisté à la réunion ministérielle d'hier à Belgrade et a été témoin de la signature de la Déclaration, ainsi que les représentants de l'UE, des Etats-Unis, de l'OSCE et du Conseil de l'Europe.

Un Programme régional, élaboré par les gouvernements concernés, fait partie intégrante de la Déclaration, ainsi qu'un Plan d'action fixant des étapes concrètes pour supprimer les obstacles qui subsistent. Parmi elles, la délivrance plus rapide de documents d'état civil permettant aux réfugiés et aux rapatriés de jouir pleinement et effectivement de leurs droits et de retrouver une vie normale. Le Programme régional sera présenté lors d'une conférence des donateurs début 2012 afin de mobiliser un soutien international pour trouver des solutions d'hébergement pour les réfugiés dans les centres collectifs et les autres personnes vulnérables, y compris les détenteurs d'anciens droits de propriété.

Le HCR pense que le respect de ces engagements jouera également en faveur de l'adhésion de ces pays à l'Union européenne. Nous resterons mobilisés et fortement engagés pour soutenir les gouvernements de ces quatre pays dans la clôture de ce chapitre relatif aux déplacements de réfugiés. M. Anne-Willem Bijleveld, envoyé personnel du Haut Commissaire, apporte son soutien aux quatre gouvernements dans ce processus depuis début 2011.

Le HCR collabore également avec les autorités nationales pour garantir le développement de systèmes et de pratiques en matière d'asile qui soient conformes aux normes internationales et de l'UE ainsi que la prévention de l'apatridie. Le HCR a mené une opération majeure de secours pendant la dislocation violente de l'ex-Yougoslavie au début des années 1990. Provoquant le déracinement de plus de deux millions de personnes à l'intérieur et en dehors de la région, ce fut la crise de réfugiés la plus importante en Europe depuis la Deuxième Guerre mondiale. La majorité des réfugiés sont rentrés chez eux au cours des 16 dernières années ou se sont intégrés sur place.