Le chef du HCR promet de nouvelles initiatives pour faire cesser la violence contre les femmes

Le chef du HCR réaffirme son engagement pour prévenir et lutter contre la violence à l'égard des femmes et des jeunes filles déracinées, soulignant l'ampleur du problème.

Des femmes réfugiées du Soudan dans un camp à l'est du Tchad. Beaucoup de femmes et de jeunes filles réfugiées sont vulnérables à la violence.   © HCR/D.Marie

GENÈVE, 25 novembre (HCR) - Le Haut Commissaire pour les réfugiés António Guterres a réaffirmé vendredi l'engagement de son agence pour prévenir et lutter contre la violence à l'égard des femmes et des jeunes filles déracinées, tout en soulignant l'ampleur du problème et en promettant de nouvelles initiatives en 2012 pour y répondre.

« Nous avons déjà parcouru un long chemin », a-t-il indiqué au personnel rassemblé dans l'atrium, au siège du HCR à Genève, pour le lancement de la campagne annuelle des 16 Journées d'action contre la violence sexuelle et sexiste, une campagne internationale lancée en 1991 par le premier institut international pour le leadership des femmes (Women's Global Leadership Institute).

António Guterres a également souligné que la campagne de 2011 coïncide avec le dixième anniversaire du lancement par le HCR des cinq engagements du Haut Commissaire en faveur des femmes réfugiées. L'agence avait également publié en 2003 un rapport intitulé « La violence sexuelle et sexiste contre les réfugiés, les rapatriés et les personnes déplacées. Principes directeurs pour la prévention et l'intervention. »

« Les femmes étaient peu représentées dans la gestion des camps. L'enregistrement, la documentation et la distribution alimentaire ne se déroulaient pas individuellement. L'aide était distribuée au chef de famille - souvent un homme. Les serviettes hygiéniques ne faisaient pas partie du kit d'assistance standard », a expliqué le Haut Commissaire, en ajoutant : « Nous avons parcouru un long chemin, mais nos résultats sur les cinq engagements soulignent qu'il reste beaucoup à faire. »

L'année dernière, selon d'autres statistiques, 83% des personnes relevant de la compétence du Haut Commissaire dans les camps de réfugiés ayant fait état de violence sexuelle et sexiste ont été orientées vers des institutions de soutien aux victimes. En milieu urbain, ce pourcentage a atteint 97%. Les hommes et les femmes étaient représentés en nombre égal dans un tiers des comités de camps de réfugiés. Plus de la moitié des femmes et des filles réfugiées ont reçu des articles d'hygiène. Dans la majorité des camps de réfugiés, les femmes représentaient au moins la moitié des représentants agréés pour la distribution des vivres.

« Des centaines de milliers de femmes sont victimes de brutalités chaque année. La prévention des actes de violence doit demeurer l'une de nos principales priorités. Ces 16 Journées d'action nous permettent de manifester notre engagement mais il est clair que notre réponse - tant personnelle que collective - ne saurait se limiter à ces 16 Journées », a expliqué le Haut Commissaire.

La campagne pour les 16 Journées d'action contre la violence sexuelle et sexiste a pour thème cette année « De la paix au foyer à la paix dans le monde ». S'ouvrant aujourd'hui avec la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, cette campagne se poursuivra jusqu'à la Journée internationale des Droits de l'Homme, le 10 décembre prochain.

Les bureaux du HCR dans le monde entier feront campagne pour la prévention et la lutte contre la violence à l'égard des femmes et des filles tant à l'intérieur qu'à l'extérieur du foyer, soulignant le rôle positif que les hommes et les garçons peuvent jouer à cet égard.

Le personnel au Siège et sur le terrain fera également son possible pour engager activement les hommes dans la lutte contre la violence faite aux femmes moyennant une activité artistique interactive, la construction de « foyers de paix ». Ces foyers seront confectionnés à l'aide de graphismes - mots ou dessins sur le thème de la « paix au foyer » - réalisés par le personnel et les personnes relevant de la compétence du HCR. Ils seront ensuite exposés.

Le HCR appuiera également cette campagne par l'opération du Ruban blanc, une initiative mise en oeuvre par des hommes pour encourager leurs congénères à ne jamais commettre, condamner ou rester silencieux devant la violence contre les femmes. Tous sont invités à porter un ruban blanc, synonyme de leur engagement.