Le HCR referme le chapitre des déplacés internes en Ouganda

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR William Spindler – à qui toute citation peut être attribuée – lors de la conférence de presse du 6 janvier 2012 au Palais des Nations à Genève.

Le HCR a mis fin à son opération d'assistance à près de deux millions de déplacés internes en Ouganda, alors qu'une vaste majorité d'entre eux sont rentrés chez eux.

La semaine dernière, nous avons fermé le bureau du HCR à Gulu, au nord de l'Ouganda, après avoir fourni, depuis cinq ans, assistance et protection aux personnes déplacées par les combats entre l'armée ougandaise et les rebelles de l'Armée de résistance du Seigneur. Au plus fort du conflit en 2005, on comptait 1,84 million de déplacés vivant dans 251 camps localisés dans 11 districts au nord de l'Ouganda.

Depuis que les parties au conflit ont signé un accord en 2006 pour cesser les hostilités, presque tous les déplacés sont rentrés dans leurs villages par leurs propres moyens. Le HCR a ouvert son bureau de Gulu en 2006, se concentrant sur la gestion des camps et la protection des déplacés. Depuis, l'agence a aidé 11 600 déplacés les plus vulnérables au retour chez eux ou à l'intégration locale. Le travail a notamment consisté à la résolution de conflits fonciers, à la construction de huttes et de latrines pour les nécessiteux, à la fourniture de kits de matériel de démarrage et d'appui sous forme de couvertures, d'ustensiles de cuisine, de bétail, de semences et d'outils.

Pour la majorité de la communauté rapatriée, le HCR a fourni une aide de base à la réintégration en assurant la distribution d'eau potable, la construction de routes, d'écoles, de dispensaires, de postes de police et d'autres infrastructures.

Quelque 30 000 déplacés ougandais vivent toujours dans quatre camps restés ouverts, ainsi que dans d'anciens camps ou centres de transit, ou encore au sein de communautés locales. 247 camps de déplacés ont été fermés après s'être assuré que les terrains ont été nettoyés et réhabilités avant d'être rendus à leurs propriétaires.

D'autres actions et interventions au bénéfice des déplacés rapatriés sont désormais intégrées dans les programmes publics pour le relèvement et le développement à long terme, afin d'assurer que la transition depuis les opérations d'aide humanitaire vers les efforts pour le relèvement et le développement se déroule aussi bien que possible, et pour que les retours soient durables. Le HCR a également transmis sa fonction de protection à la Commission ougandaise pour les droits de l'Homme (Uganda Human Rights Commission), qui gère désormais les problèmes rencontrés par les déplacés dans les domaines des conflits fonciers et des droits de l'Homme.

Pour de plus amples informations à ce sujet, veuillez svp contacter :

  • A Kampala, Kai Nielsen, portable +256 772 701011